À l'orée des mots


Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

À l'orée des mots
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Comme un morceau de nuit, découpé dans son étoffe de Deborah Heissler
Plumes intemporelles EmptyMar 14 Mai - 15:14 par Seawulf

» Carnet de vie de Flash.
Plumes intemporelles EmptySam 4 Mai - 15:49 par Seawulf

» Entrevoir
Plumes intemporelles EmptyMer 3 Avr - 22:16 par Seawulf

» Derniers poèmes d’amour de Paul Eluard
Plumes intemporelles EmptySam 23 Déc - 15:53 par Seawulf

» Ruby moonlight de Ali Cobby Eckermann
Plumes intemporelles EmptyMar 19 Déc - 13:24 par Seawulf

» Les aleurodes s’émancipent…(éco-anxiété)
Plumes intemporelles EmptyJeu 19 Oct - 10:36 par Seawulf

» La voix de la vie de Edith Bruck
Plumes intemporelles EmptyJeu 19 Oct - 10:32 par Seawulf

» Dans le soir étrillé… (Breizh)
Plumes intemporelles EmptyMer 20 Sep - 17:01 par Seawulf

» Tombées de Christian Hubin
Plumes intemporelles EmptyJeu 27 Juil - 10:10 par Seawulf

» La brise s’égrise…
Plumes intemporelles EmptySam 22 Juil - 11:15 par Seawulf

» R o u t e s
Plumes intemporelles EmptyJeu 13 Juil - 11:51 par Seawulf

» Chercher la vie
Plumes intemporelles EmptyVen 7 Juil - 11:08 par Seawulf

» Au matin pourpre (Breizh)
Plumes intemporelles EmptyDim 28 Mai - 7:22 par Seawulf

» Ne varietur (Breizh)
Plumes intemporelles EmptyVen 26 Mai - 10:46 par Seawulf

» Sur l'écritoire...
Plumes intemporelles EmptyMar 23 Mai - 11:21 par Seawulf

Mots-clés les plus tagués

La date/heure actuelle est Mar 21 Mai - 12:50

Plumes intemporelles

  • Sujets
  • 14052024
    Seishiga (extrait)
     
    Montagne

    Tendres mouvements aux limites de la terre ou du tableau, où chercher la lumière entre les ramures du bois, où changent les couleurs, comme si l’on tenait une lampe derrière les nuages. Ces saules et peupliers blancs, lignes fuyantes et courbes du paysage flouté, dans mon esprit. Tout est encore dans les vapeurs...

    par Seawulf - Commentaires: 0 - Vues: 28
  • 23122023
    Je t’aime
     
    Je t’aime pour toutes les femmes que je n’ai pas connues
    Je t’aime pour tous les temps où je n’ai pas vécu
    Pour l’odeur du grand large et l’odeur du pain chaud
    Pour la neige qui fond pour les premières fleurs
    Pour les animaux purs que l’homme n’effraie pas
    Je t’aime pour t’aimer
    Je t’aime pour toutes les femmes que je n’aime pas
     
    Qui me reflète sinon toi-même je me vois si peu
    Sans toi je ne vois rien qu’une étendue déserte
    Entre...

    par Seawulf - Commentaires: 0 - Vues: 185
  • 19122023
    Oasis


    seule leur oasis éloignée
    tolère cette union
     
    ils ne connaissent pas
    la langue de l’autre
     
    ils ne parlent jamais
    dans la journée
     
    juste la nuit
    quand nul ne peut entendre
     
    il chuchote des mots tendres
    ruby moonlight
     
    elle est une gemme
    brasillant dans la nuit noire

     
    Errance
     
    le désert de son esprit se résout à errer
    plus de quarante jours et nuits
           Guidé par son seul instinct
     
    émergeant du choc...

    par Seawulf - Commentaires: 0 - Vues: 195
  • 19102023
    « La poésie n’est pas trompeuse, elle dit la vérité qui trouble les consciences, qui touche les plaies ouvertes, privées et publiques »
     
    Arrivée


    Les entrailles du système ont soudain accouché
    de jumeaux par millions.
    Ses roues gonflées de haine et d’obéissance
    hurlent des ordres.
    Ils débouchent des nuées et les manteaux gris
    comme affolés se déplacent constamment
    ils nous frappent à l’aveuglette en cassant les rangs
    où les places sont gagnées à coups de poing et de fusil
     
    Les oreilles sont...

    par Seawulf - Commentaires: 0 - Vues: 257
  • 27072023
    Extraits



    La chute commence. L’expulsion commence. L’évaporation et la suspension, l’écho dans le précipité, la dilatation d’âge en âge, - dans l’air et non, ici et non – dans le dissous où monte la chute, - se réverbère sans qu’elle commence, disparaît où commence.
     
    Où qu’est-ce qu’on sait seul, croit savoir – qu’on ne veut pas fixer longtemps ? Qu’est-ce qui attend qu’on ose, qui voudrait tant s’approcher ? Qui...

    par Seawulf - Commentaires: 0 - Vues: 344
  • 17052023
    La part manquante
    (…) « rien n’est trop beau pour mon amant, rien n’est trop doux pour ses mains gantées d’aurore. Qu’il me prenne. Qu’il me froisse et me jette, et même qu’il m’oublie, qu’il me recouvre de son oubli comme au noir de l’amour, j’y dormirai si bien, j’y attendrai toujours. Elle est comme ces femmes qui, avec un nouvel amant, se refont un cœur frais, taché de ciel. Elle ne sait plus ce qu’elle dit. Elle rit. Elle est comme l’oiseau sur...

    par Seawulf - Commentaires: 0 - Vues: 354
  • 22042023
    Extraits


    Simple mortel


    Relais


    Je reste avec toi sous l'étang glacé,
    nu comme les morts, le temps que Dieu voudra,
    dont je perds le compte jusqu'à l'angélus.
    Nous ne parlons pas plus que durant ta vie
    comme c'est l'habitude entre père et fils
    mais endurons des souffrances jumelles :
    ce que tu as subi sans un mot, je le sais.
    Je regagnerai la rive  à bout de forces
    et je reprendrai mes habits sous l'arbre
    où l'aube commence à dessiner les branches.
    Toi, tu monteras...

    par Seawulf - Commentaires: 0 - Vues: 183
  • 30032023
    Extraits

    Les yeux ouverts


    Il n'y a plus de temps, il n'y a plus d'espace,
    J'ai tout examiné à travers la nuit blanche :
    Et le narcisse sur la table dans le vase,
    Et la fumée bleue du cigare,
    Et ce miroir, où, comme dans une eau pure,
    Tu pourrais en ce moment te refléter.
    Il n'y a plus de temps, il n'y a plus d'espace,
    Et même toi, tu ne peux pas m'aider.

    En rêve


    Je porte en même temps que toi
    Cette rupture noire et opiniâtre.
    Pourquoi pleures-tu ? Donne-moi la main.

    par Seawulf - Commentaires: 0 - Vues: 158
  • 07032023
    Extraits

    21 / Emerson

    Ce grand monsieur des terres américaines
    Ferme le tome de Montaigne et sort
    En quête d'un plaisir tout aussi fort:
    L'après-midi qui exalte la plaine.
    Vers le couchant profond et qui décline,
    Vers les confins que dore le couchant,
    Il traverse les champs comme à présent
    La mémoire de l'auteur de ces lignes.
    Il pense : j'ai lu les livres essentiels
    Et j'en ai écrit d'autres que l'oubli
    N'effacera pas. Un dieu m'a permis
    De savoir ce que savent les mortels.

    par Seawulf - Commentaires: 0 - Vues: 150
  • 30082022
    Extraits


    J'ai derrière le ciel un ciel
     
    J'ai derrière le ciel un ciel pour revenir, mais
    Je continue à polir le métal de ce lieu, et je vis
    Une heure qui discerne l'invisible. Je sais que je sortirai de ma

    par Seawulf - Commentaires: 0 - Vues: 244
 
 

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum: Aucun
Modérateur

Admin

Permission de ce forum:

Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Légende
  • Nouveaux messages Nouveaux messages
  • Nouveaux messages [ Populaire ] Nouveaux messages [ Populaire ]
  • Nouveaux messages [ Verrouillé ] Nouveaux messages [ Verrouillé ]
  • Pas de nouveaux messages Pas de nouveaux messages
  • Pas de nouveaux messages [ Populaire ] Pas de nouveaux messages [ Populaire ]
  • Pas de nouveaux messages [ Verrouillé ] Pas de nouveaux messages [ Verrouillé ]
  • LIBELLE LIBELLE
  • NOTE NOTE
  • ANNONCE ANNONCE