BALADE EN PROÉSIE


Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

BALADE EN PROÉSIE
BALADE EN PROÉSIE
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» À la lumière du désamour
Une ombre... EmptyVen 24 Sep - 15:51 par Seawulf

» Très haut amour et autres textes de Catherine Pozzi
Une ombre... EmptyMar 14 Sep - 16:16 par Seawulf

» Flash-back cicatriciel
Une ombre... EmptyMar 14 Sep - 14:54 par Seawulf

» Ce qui n’a pu être
Une ombre... EmptyLun 13 Sep - 16:54 par Seawulf

» Attente
Une ombre... EmptyLun 13 Sep - 9:43 par Seawulf

» New York 2001 « Ground zero »
Une ombre... EmptySam 11 Sep - 14:56 par Seawulf

» L‘impossible espoir (Afghanistan War)
Une ombre... EmptyMer 18 Aoû - 9:10 par Seawulf

» "Pax Americana", le rêve brisé des femmes ! (Afghanistan War)
Une ombre... EmptyMer 18 Aoû - 7:48 par Seawulf

» La reproduction des profils de Rosemarie Waldrop
Une ombre... EmptyDim 15 Aoû - 8:15 par Seawulf

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 41 le Mer 7 Avr - 10:42
NEWS

    Pas d'annonces disponibles.

    Une ombre...

    Aller en bas

    Une ombre... Empty Une ombre...

    Message par Seawulf Lun 22 Mar - 7:14

    "Même au-delà du temps le jour se lève" Yves Bonnefoy
     
     Le téléphone sonne dans le vide. Une ombre noire s’est figée. Elle est là, jouant à cache-cache avec la pénombre à potron-minet. Un silence bruisse lentement. Une évasion de sérénité s’engouffre en ce lieu ordinaire. Un jeune homme s’avance. Il ouvre la porte du garage. Un crissement déchirant précède de peu un cri agonissant. PAPA, PAPA !... Un long silence. Les épaules se courbent. Une main frôle le corps inerte. Une jeune femme accourt. Le cri sûrement. Sa sœur. Les gendarmes arrivent, ne peuvent que constater le décès. Ils tentent de situer l'heure de la mort. Un véhicule sanitaire d’urgence des pompiers stationne devant le lieu. Mais il n’y a plus d’urgence ! On dépend le suicidé. On le couche dans un sac mortuaire biodégradable.  Les gyrophares muets tournent comme un manège dérisoire. Ils lancent des flèches bleues qui lèchent les murs alentours. Des sanglots émergent. Dans un petit village tranquille de Bretagne, un homme seul, de cinquante ans, vient de mettre fin à ses jours. Les enfants sont dévastés. Ils pensent tous deux aux petits enfants du défunt. L’ex-épouse se perd dans les instants d’avant, il y a déjà si longtemps. Rubrique faits divers, un entrefilet dans la presse locale. Les jours d’après, les langues se délient. Beaucoup de supputations. C’était notre voisin. Il n’a jamais été aussi vivant !
    Seawulf
    Seawulf

    Messages : 73
    Date d'inscription : 20/03/2021

    Voir le profil de l'utilisateur https://www.seawulf-proesie.com/

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum