BALADE EN PROÉSIE


Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

BALADE EN PROÉSIE
BALADE EN PROÉSIE
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» À la lumière du désamour
Au-delà des silences EmptyVen 24 Sep - 15:51 par Seawulf

» Très haut amour et autres textes de Catherine Pozzi
Au-delà des silences EmptyMar 14 Sep - 16:16 par Seawulf

» Flash-back cicatriciel
Au-delà des silences EmptyMar 14 Sep - 14:54 par Seawulf

» Ce qui n’a pu être
Au-delà des silences EmptyLun 13 Sep - 16:54 par Seawulf

» Attente
Au-delà des silences EmptyLun 13 Sep - 9:43 par Seawulf

» New York 2001 « Ground zero »
Au-delà des silences EmptySam 11 Sep - 14:56 par Seawulf

» L‘impossible espoir (Afghanistan War)
Au-delà des silences EmptyMer 18 Aoû - 9:10 par Seawulf

» "Pax Americana", le rêve brisé des femmes ! (Afghanistan War)
Au-delà des silences EmptyMer 18 Aoû - 7:48 par Seawulf

» La reproduction des profils de Rosemarie Waldrop
Au-delà des silences EmptyDim 15 Aoû - 8:15 par Seawulf

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 41 le Mer 7 Avr - 10:42
NEWS

    Pas d'annonces disponibles.

    Au-delà des silences

    Aller en bas

    Au-delà des silences Empty Au-delà des silences

    Message par Seawulf Dim 28 Mar - 7:53

    « Toi qui ne vis que d’être regardée »
    Pierre Emmanuel
     
    Lorsqu’au matin de tes yeux j’entrouvre la fenêtre de tes lèvres
    J’écume alors les vagues de félicité aux rondeurs suaves de ton corps
    De la crête de tes seins au promontoire de ta croupe
    En passant par la source de ton ventre. Et j’imagine un temps resplendissant !
     
    Silence…Bonheur…Respiration
     
    Mais c’est sans compter avec les météorologues du temps, de l’esprit et des âmes.
    On retient son souffle, le niveau d’alerte progresse, il passe du vert au rouge
    Suit les cumulo-nimbus, dangerosité prête à fondre, l’orage gronde grandement.
     
    Ne l’entendez-vous pas scandent quelques-uns ?
    Le bonheur serait-il si fugace au point que l’amour l’imiterait ?
    Ou l’amour serait-il si inconstant que le bonheur en serait devenu fugace ?
     
    Une sorte de jumeau bicéphale aux hémisphères ambivalents.
    Trait d’union qui se désaccorde
    Essai que l’on ne sait conclure …
    Le temps passe…Silence encore…
     
    Espoir déçu comme l’on dit, en écho, des propos pour se ragaillardir
    Se donner un peu de cœur au ventre.
    Est-ce le ventre qui a besoin de cœur ?
     
    Et pourtant poursuivre la quête d’un improbable idéal, obstinément le chercher,
    Le rechercher même, et se laisser aller dans ces bras-là, lorsque la lassitude gagne !
    Accroire, juste un instant, un tout petit moment de blues. Oui la chair est faible.
     
    Quiétude…Silence…Paix…Silence…
     
    Amour inabouti et sitôt, l’humaine bêtise resurgit, festival d’arlequinade
    La rage l’emporte donc sur le geste et l'extravagance invisible s’ébat
    Aux portes de l’inceste sociétal.
     
    Silence …Jacassements …Protection…
     
    Parapluie pour éclairs foudroyants, allons bon, c’était justement l’instant attendu !
    Et pour le reste on a bien le temps de voir venir, et puis le reste entre nous, oui le reste
    C’est ce que l’on n’a pas encore trouvé ou si peu, si peu de temps, tellement éphémère
    Probablement un nuage humide de souvenance balayé par les eaux intemporelles
    Perdues dans un désert, irrésolument. Car le reste ce pourrait être
    Cet îlot de lumière en plein orage, cette main secourable qui réchauffe,
    Pas nécessairement charitable ni rédemptrice d’ailleurs,
    Juste une main quelconque, vraie.
     
    Le reste ce pourrait être aussi ces yeux profonds au cœur de terre
    Toujours bleu océan ou vert pomme, quel que soit le temps ou les saisons
    Comme l’est une contrée bretonne, ce pourrait être encore, pourquoi pas
    Ce peintre des âmes au cierge clair qui me parle d’un monde inconnu
    Qui me fait tressaillir d’émotions, qui m’accompagne, me chuchotant des notes apaisantes.
    Organiste du cœur et de l’esprit, pour aller là où je n’osais encore
    Franchir le pas comme un seul homme à deux, à trois, à quatre ou davantage,
    Et enfin me défaire de peaux cyanosées. Lignes brisées prêtes à s’arrondir
    Et ainsi renaître à l’autre, à lui, à toi, au monde peut-être, à vous, que sais-je encore
    Et engerber une botte d’air frais indéfiniment lors de la fauchaison !
     
    Puis s’arrêter…Silence…Ecouter
     
    Autre chose que les médias, tenter de faire fi de l’agréabilité plastique
    Cosmodicée surfaite pour temps avancé, oublier les clones cathodiques
    Oublier les snipers de tabloïds !
     
    Respirer…Inspirer … Silence…Expirer
     
    Déserter les places boursières, les indices Nasdaq, Cac ou Nikkei
    La fourmilière des Goldens boys. Echanger des chiffres contre des lettres
    Des formules contre des mots.
     
    Maux de tête…Silence…Aspirine
     
    Chercher ailleurs, moins loin, plus près, juste une extrasystole de vie
    Dans les limbes d’un encéphalogramme plat comme une baie longue et grise
    A l’ombilic de mon parasol. Et puis, et puis imaginer des étoiles voyageuses
    Au sommet des collines rupestres. Imaginer la terre près de la lune
    Un soir de cotillons sous les silves. Imaginer une ronde sans fin
    De fées en forêt de Brocéliande, invitées à rejoindre Greenwich
    Pour y prendre un café glacé et jouer à la toupie Terre.
     
    Imaginer une pièce de théâtre singeant la mort pour mieux l’ensorceler
    Sombre comme une prémonition, douloureuse et imparfaite.
     
    Imaginer encore, toi et moi encordés à la paroi de l’amour
    Pour des sommets de tendresse, armés de notre seule délicatesse
    Tambours aux roulements envoûtants, poétique à l’érotisme inventif...
     
    Silence…
     
    Dis-moi et redis-moi infiniment, infiniment longtemps
    Un siècle durant et plus si possible
    Une éternité pourquoi pas,
    Une seule fois, je t’en prie…
    Dis-moi je t’aime…
    Seawulf
    Seawulf

    Messages : 73
    Date d'inscription : 20/03/2021

    Voir le profil de l'utilisateur https://www.seawulf-proesie.com/

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum