À l'orée des mots


Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

À l'orée des mots
À l'orée des mots
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Bleu nuit
Tombées de Christian Hubin EmptyMar 4 Juin - 18:37 par Seawulf

» Comme un morceau de nuit, découpé dans son étoffe de Deborah Heissler
Tombées de Christian Hubin EmptyMar 14 Mai - 15:14 par Seawulf

» Carnet de vie de Flash.
Tombées de Christian Hubin EmptySam 4 Mai - 15:49 par Seawulf

» Entrevoir
Tombées de Christian Hubin EmptyMer 3 Avr - 22:16 par Seawulf

» Derniers poèmes d’amour de Paul Eluard
Tombées de Christian Hubin EmptySam 23 Déc - 15:53 par Seawulf

» Ruby moonlight de Ali Cobby Eckermann
Tombées de Christian Hubin EmptyMar 19 Déc - 13:24 par Seawulf

» Les aleurodes s’émancipent…(éco-anxiété)
Tombées de Christian Hubin EmptyJeu 19 Oct - 10:36 par Seawulf

» La voix de la vie de Edith Bruck
Tombées de Christian Hubin EmptyJeu 19 Oct - 10:32 par Seawulf

» Dans le soir étrillé… (Breizh)
Tombées de Christian Hubin EmptyMer 20 Sep - 17:01 par Seawulf

» Tombées de Christian Hubin
Tombées de Christian Hubin EmptyJeu 27 Juil - 10:10 par Seawulf

» La brise s’égrise…
Tombées de Christian Hubin EmptySam 22 Juil - 11:15 par Seawulf

» R o u t e s
Tombées de Christian Hubin EmptyJeu 13 Juil - 11:51 par Seawulf

» Chercher la vie
Tombées de Christian Hubin EmptyVen 7 Juil - 11:08 par Seawulf

» Au matin pourpre (Breizh)
Tombées de Christian Hubin EmptyDim 28 Mai - 7:22 par Seawulf

» Ne varietur (Breizh)
Tombées de Christian Hubin EmptyVen 26 Mai - 10:46 par Seawulf

Mots-clés les plus tagués

Tombées de Christian Hubin

Aller en bas

27072023

Message 

Tombées de Christian Hubin Empty Tombées de Christian Hubin




Extraits



La chute commence. L’expulsion commence. L’évaporation et la suspension, l’écho dans le précipité, la dilatation d’âge en âge, - dans l’air et non, ici et non – dans le dissous où monte la chute, - se réverbère sans qu’elle commence, disparaît où commence.
 
Où qu’est-ce qu’on sait seul, croit savoir – qu’on ne veut pas fixer longtemps ? Qu’est-ce qui attend qu’on ose, qui voudrait tant s’approcher ? Qui reprend quand on s’interrompt, qui sait que personne ne parle.
 
*
 
Une dissemblance déjà rencontrée. Les seins qui se dénudent, le son coupé. On sent qu’on a repris la place, la position penchée contre la table. Pressentant par la baie les points, les arrêts, l’incorporel par quoi on s’insère presque, retrouve le son quand une seconde, où morve au nez, quittant ses traits, - dans le retour sans écharpe, de plus en plus petit, fidèle – fixant dans la dissemblance, dans l’oppression rapprochée.
Seawulf
Seawulf

Messages : 132
Date d'inscription : 20/03/2021

https://www.seawulf-proesie.com/

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : reddit
- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum