BALADE EN PROÉSIE


Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

BALADE EN PROÉSIE
BALADE EN PROÉSIE
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Le train de 6 heures 54
Eurythmie symphonique EmptyJeu 2 Déc - 16:25 par Seawulf

» Désaccordé(e)
Eurythmie symphonique EmptyDim 7 Nov - 9:59 par Seawulf

» La vie masquée
Eurythmie symphonique EmptyMer 27 Oct - 8:50 par Seawulf

» Eurythmie symphonique
Eurythmie symphonique EmptyMar 26 Oct - 16:47 par Seawulf

» Le temps...
Eurythmie symphonique EmptyVen 22 Oct - 15:38 par Seawulf

» Silence haletant
Eurythmie symphonique EmptyVen 22 Oct - 15:06 par Seawulf

» Rondeur des mains
Eurythmie symphonique EmptyJeu 7 Oct - 14:32 par Seawulf

» À la lumière du désamour
Eurythmie symphonique EmptyVen 24 Sep - 15:51 par Seawulf

» Très haut amour et autres textes de Catherine Pozzi
Eurythmie symphonique EmptyMar 14 Sep - 16:16 par Seawulf

» Flash-back cicatriciel
Eurythmie symphonique EmptyMar 14 Sep - 14:54 par Seawulf

» Ce qui n’a pu être
Eurythmie symphonique EmptyLun 13 Sep - 16:54 par Seawulf

» Attente
Eurythmie symphonique EmptyLun 13 Sep - 9:43 par Seawulf

» New York 2001 « Ground zero »
Eurythmie symphonique EmptySam 11 Sep - 14:56 par Seawulf

» L‘impossible espoir (Afghanistan War)
Eurythmie symphonique EmptyMer 18 Aoû - 9:10 par Seawulf

» "Pax Americana", le rêve brisé des femmes ! (Afghanistan War)
Eurythmie symphonique EmptyMer 18 Aoû - 7:48 par Seawulf

Eurythmie symphonique

Aller en bas

Eurythmie symphonique Empty Eurythmie symphonique

Message par Seawulf Mar 26 Oct - 16:47

« Quand un substantif s’est détaché, son objet, insaisissable comme la vie courante, déborde » Rosemarie Waldrop
« La vie est un état pathologique de la matière » Aurélien Barrau

Dans la brume du silence à l’orée de la vie, à la faveur d’un arc-en-ciel lumineux, de frémissants souvenirs oubliés de longue date reviennent on ne sait d’où et me disent des choses de la vie ; petite histoire simple au parfum éternel que ma mémoire feuillète avec étonnement et grand plaisir, presque un hymne à la joie !
Je me remémore.
 
Langue de terre découpée, ancrée face à l’ouest, là où l’océan vient se désensabler, là, d’où émerge un miroir édenté frappé au plomb zénithal. Île parcourue de fragrances fleuries, ceintes d’éclats bucoliques à l’ample infini contadin, elle s’ancre au nord de l’Armor.
 
Brèches de granit rose noircies par les flux et reflux, déchirées par le noroît linéal et fractal, elles s’effilochent en ce bout de terre à tout jamais cimetière marin. Et j’aperçois tourbillonnants des linceuls de goélands assidus, venus bousculer nos certitudes au clair des vastitudes nues, de magnifiques et éternelles complaintes heureuses. Je dépose un ex-voto en ce lieu de déconfinement pour déconfliction intérieure.
 
Ô terre de Bretagne, terre de légendes et de beauté, ici, l’homme imite l’oiseau et y marche de guingois pour mieux se redresser et prendre de la hauteur.  
 
Cependant les peurs le tenaillent. Éléments muets et indomptables ; silences bruissant d’inquiétudes ; horizon hors de portée de mains ; bout de terre inaccessible ; tous ces gémissements bien vivaces et cette immuable splendeur insolente. Pas de fard, pas de rides, un corps toujours parfait, des courbes à faire pâlir les designers, toutes, signent un paysage d’exception et Dieu, face au ressac bouillonnant, inspirant, libre de mouvement, peut-il rester tout à fait humble ?
 
L’homme, cet étranger singulier tente ici vainement d’épouser ce corps, qui sans grandiloquence exulte. Et je vois l’un d’entre eux se pencher au-dessus sans hâte et avec douceur, la tête dodelinant comme un enfant. Et sa main pousse tendrement l’archet du violon. Alors s’élève un murmure puissant et saisissant, une monodie transcendantale au cœur de la pointe de l’Arcouest venue ennoblir les larmes de l’océan ici, à Bréhat.
 
Je songe à Nolwenn, une amie de marin, à la chevelure neptunienne, qui était mon guide. Exquise visite où souvent le silence était notre conversation.  Les mots sont revenus, sibyllins, seulement au départ vers le continent, immobiles que nous étions, dos à l’archipel, en bout de jetée de Port Clos. Des mots comme un appel à un retour. C’est désormais chose faite, l’escale a pris fin. Le travelling scénographique de Nolwenn a refait surface, pointillisme éclatant, surgi dans le silence nocturne inopinément et mis en lumière par un photométeore ! La vie nous réserve bien des surprises parfois, comme ce petit moment de virtuosité baignée de grâce. Ce soir, le sommeil m’envahit indolemment et déjà les rêves m’entrainent sur des chemins de plénitude avec pour cap, l’aurore.
Seawulf
Seawulf

Messages : 80
Date d'inscription : 20/03/2021

Voir le profil de l'utilisateur https://www.seawulf-proesie.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum