BALADE EN PROÉSIE


Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

BALADE EN PROÉSIE
BALADE EN PROÉSIE
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Egarements
Au pied de l’Hindou Kouch (Afghanistan War) EmptyJeu 7 Oct - 14:35 par Seawulf

» Rondeur des mains
Au pied de l’Hindou Kouch (Afghanistan War) EmptyJeu 7 Oct - 14:32 par Seawulf

» À la lumière du désamour
Au pied de l’Hindou Kouch (Afghanistan War) EmptyVen 24 Sep - 15:51 par Seawulf

» Très haut amour et autres textes de Catherine Pozzi
Au pied de l’Hindou Kouch (Afghanistan War) EmptyMar 14 Sep - 16:16 par Seawulf

» Flash-back cicatriciel
Au pied de l’Hindou Kouch (Afghanistan War) EmptyMar 14 Sep - 14:54 par Seawulf

» Ce qui n’a pu être
Au pied de l’Hindou Kouch (Afghanistan War) EmptyLun 13 Sep - 16:54 par Seawulf

» Attente
Au pied de l’Hindou Kouch (Afghanistan War) EmptyLun 13 Sep - 9:43 par Seawulf

» New York 2001 « Ground zero »
Au pied de l’Hindou Kouch (Afghanistan War) EmptySam 11 Sep - 14:56 par Seawulf

» L‘impossible espoir (Afghanistan War)
Au pied de l’Hindou Kouch (Afghanistan War) EmptyMer 18 Aoû - 9:10 par Seawulf

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 41 le Mer 7 Avr - 10:42
NEWS

    Pas d'annonces disponibles.

    Au pied de l’Hindou Kouch (Afghanistan War)

    Aller en bas

    Au pied de l’Hindou Kouch (Afghanistan War) Empty Au pied de l’Hindou Kouch (Afghanistan War)

    Message par Seawulf Mar 11 Mai - 8:49

    La terre s’effrite…lentement
    (TV Tower Hill, Kabul)
     
    Poussières de poussières
    au cœur de la terre
    humaine d’hommes poussiéreux
    fantômes de sables
    terrestres de terre
     
    Habillés de sépia
    à la terre chargée de tout
    de rien
    le temps s’étale
    entre hier et demain
     
    Inaccessible aux yeux voilés
    pluie asséchée
    ne voulant pas mourir
    s’accrochant aux linges blancs
    aux linges bleus
     
    Hommes et femmes
    femmes et hommes
    effacés en mouvement
    cicatrisés de lumière
    nidifiant l’ombre
    instable
    La terre rencontre la terre
    d’où les mains émergent
    d’où les yeux  s’éveillent
     
    Leurs pas progressent
    et la terre les suit
    jusqu’à les coucher
    lorsque
    leurs âmes fatiguées
    prient
    d’arrêter leur errance
    improbable
     
    De venir les délivrer
    les emporter doucement
    vers un rêve bleu
    qui écrirait demain
    comme le ferait
    le murmure d’un enfant
    ouvrant les yeux.
     
    II
     
    Les enfants de terre…
    (Zanabad, Kabul)
     
    Les enfants de terre
    sortent de terre
    coulée de lave
    Maisons cubiques
    façonnées par la main de terre
    de l’homme terreux
     
    Les enfants de terre
    naissent en terre
    Fourmilière
    vomissant l’humain
    grouillant
    dans la poussière
    de terre
     
    Les enfants de terre
    ont les yeux noirs
    du charbon qu’ils n’ont pas
    les mains sales
    de l’eau qu’ils n’ont pas
    les tissus usés
    de la pauvreté
    dont ils héritent
     
    Les enfants de terre
    sont des petits guerriers
    de vie
     
    Ils portent des fardeaux
    plus gros que leurs petits corps
    Ils ont le visage des adultes
    sourient si peu
    sont préoccupés
    Ils faut ouvrir les yeux demain !
     
    Les enfants de terre
    n’ont pas l’âge de leur jeunesse
    les enfants de terre
    ont les yeux tristes
    de ceux qui se savent
    damnés
     
    Les enfants de terre
    sont le sel de la vie
    ils se battent silencieusement
    loin des bonnes intentions
    des beaux messieurs
    au langage policé
    encanapés dans les salons
    d’Occident ou d’ailleurs.
     
    Les enfants de terre
    ont faim ; ils ne crient plus !
     
    Les enfants de terre
    ne communiquent pas
    avec des téléphones
    Ils parlent avec leurs yeux
    aux yeux de leurs semblables
    déterrant les doutes
    qui font venir les larmes
     
    Les enfants de terre
    sont des soldats d’Espérance
    Et les adultes les voient
    comme des enfants déjà devenus grands
    eux qui sont hauts comme trois pommes
     
    Les enfants de terre
    sont des filles
    des garçons
    Leurs maisons n’ont ni porte ni fenêtre
    Elles sont ouvertes
    sur d’autres maisons ouvertes
    Entre la terre de la maison et la maison de terre
    il y a les enfants que l’on enterre
    et les adultes qui retournent si jeunes
    à la poussière
     
    Les enfants de terre
    n’ont plus de larmes

    La terre a tout absorbé !
    Seawulf
    Seawulf

    Messages : 75
    Date d'inscription : 20/03/2021

    Voir le profil de l'utilisateur https://www.seawulf-proesie.com/

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum