BALADE EN PROÉSIE


Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

BALADE EN PROÉSIE
BALADE EN PROÉSIE
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Lettre à vous
Effraction (Afghanistan War) EmptyMar 20 Juil - 8:51 par Seawulf

» Aller conquérir
Effraction (Afghanistan War) EmptyMar 20 Juil - 8:40 par Seawulf

» Les mots
Effraction (Afghanistan War) EmptyLun 12 Juil - 12:54 par Seawulf

» Une colombe si cruelle de Frederico Garcia Lorca
Effraction (Afghanistan War) EmptyLun 12 Juil - 11:01 par Seawulf

» Ma douce liberté
Effraction (Afghanistan War) EmptyMer 30 Juin - 8:11 par Seawulf

» La Mariensäule (Germany - Cold War)
Effraction (Afghanistan War) EmptyMar 29 Juin - 7:11 par Seawulf

» La petite lumière d'Antonio Moresco
Effraction (Afghanistan War) EmptyVen 25 Juin - 10:43 par Seawulf

» Éternellement
Effraction (Afghanistan War) EmptyVen 25 Juin - 10:04 par Seawulf

» Déshabitué
Effraction (Afghanistan War) EmptyVen 25 Juin - 9:51 par Seawulf

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 3 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 3 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 41 le Mer 7 Avr - 10:42
NEWS

    Pas d'annonces disponibles.

    Effraction (Afghanistan War)

    Aller en bas

    Effraction (Afghanistan War) Empty Effraction (Afghanistan War)

    Message par Seawulf Dim 2 Mai - 8:14

    « Je veux me lever tôt encore ce matin,
    avant le soleil. Avant les oiseaux, même » Raymond Carver
     
    « Chaque jour, je couvre du papier avec des mots,
    mais les histoires ne vont jamais nulle part
    qui vaille selon moi le voyage » Kurt Vonnegut
     
     
    Tu penses que les choses vont et viennent comme ça, tu penses que tout cela n’a guère de sens, tu penses même que tu n’en as rien à cirer et j’en passe … Que tout cela est creux comme le fond de la marmite ! Que ça résonne le vide et l’ennui, que ça pue la graisse, qu’il y a un p’tit côté rance bien mal léché ; le clebs n’était sans doute pas là. Absent comme la réflexion.
     
    Tu penses que tu peux aller et venir comme bon te semble parce que tu en as décidé ainsi, parce que les autres pour toi cela ne compte plus ou si peu ou si mal. Il y a toi et puis cette vision et ce qui n’est pas toi te dérange. Il y a bien quelques filles dans ton agenda mais juste pour la bagatelle. Besoin de mâle en mal de tout, bon sang, tu tires un coup et puis vlan on passe à autre chose, mais quoi au juste tu n’en sais presque rien, ce serait trop simple trop beau de savoir, de pouvoir questionner quelqu’un quelque chose ; même le vide sidéral qui t’entoure, le silence abyssal que tu maudis, bruyante effraction dans ta vie, elle t’emporte loin de tout et tous.
     
    Un millième de seconde. Viser, ajuster et tirer juste, faire mouche du premier coup c’est le but, l’ultime efficacité, prendre l’ascendant, contribuer à la victoire… 
     
    Puis relâcher la respiration.
     
    A l’autre bout de la mire le vivant d’alors est bien mort, informe et empourpré, empoussiéré face contre terre. Une immense surprise dans son regard figé, précipité dans l’au-delà sans crier gare par une matinée éthérée d’azur lapis-lazuli. Il repose au milieu de ses moutons.
     
    Légitime avez-vous dit ? Sans arme ? Il fuyait… le berger !
     
    Les lois parfois s’accommodent de toute sorte de choses, comme la voix sépulcrale d’un innocent au Royaume de l’Insolence. Mais l’insolence de quel côté est-elle ? Je vous le demande. Une mission rien de plus rien de moins. Dommage collatéral, sobriété d’un message, « là au mauvais moment au mauvais endroit ». La presse le relate comme ça, les autorités aussi. On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs. Terroriste notion imprécise fluctuante. Sauf pour les morts !
    La Quick Reaction Force (QRF) a fait son job selon les informations fournies par le QG local de Operation Enduring Freedom (OEF). Après, place à l’affichage communicationnel. Une poignée de dollars, une excuse trop vite faite, des mots rédigés dans une salle aseptisée pour l’opinion publique, cette grande courtisane. Une enquête bien sûr nous y songions, les résultats pas tout de suite plus tard il faut du temps, comprenez pour démêler le vrai du faux. Ellipse de temps irréelle
     
    Une information chasse l’autre mais dans ta tête il y a ce bruit sec qui tourne en boucle, toupie du refus, cette odeur de poudre consumée, ces particules sur les mains. Non, ce ne sont pas celles d’Elsa et pourtant tu marmonnes :
     
    « Sauras-tu jamais ce qui me traverse
    Ce qui me bouleverse et qui m'envahit
    Sauras-tu jamais ce qui me transperce
    Ce que j'ai trahi quand j'ai tressailli *»
     
    Il y a des regrets éternels mais ils n’effacent rien. L’instantanéité ne se déjuge pas ! Elle tue plus sûrement que le silence. Et le silence finit le job. Il a le temps (comme hélas, ton PTSD**).
     
    Et tous ceux qui sont dépossédés de tout, hormis la vie, que peuvent-ils donc encore espérer ? « PLUS JAMAIS ÇA », une antienne démocratique répétée ad nauseam ! Déconnexion SVP ! Les acouphènes s’invitent... « J’écris d’un lieu désertique où la pensée n’a jamais soufflée, où elle ne soufflera jamais : faite pour la Nuit, je ne découvrirai aucune étoile, aucun monde inconnu, je ne conquerrai aucun sommet, ne créerai aucun langage, car tout ce qui m’appartient est mort, et mon royaume, désert comme le plaisir n’est que néant...*** ».
     
    * Aragon
    ** Syndrome de stress post-traumatique
    *** Lydie Dattas
    Seawulf
    Seawulf

    Messages : 64
    Date d'inscription : 20/03/2021

    Voir le profil de l'utilisateur https://www.seawulf-proesie.com/

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum