À l'orée des mots


Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

À l'orée des mots
À l'orée des mots
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Bleu nuit
Le voyageur absent de Jean Orizet EmptyMar 4 Juin - 18:37 par Seawulf

» Comme un morceau de nuit, découpé dans son étoffe de Deborah Heissler
Le voyageur absent de Jean Orizet EmptyMar 14 Mai - 15:14 par Seawulf

» Carnet de vie de Flash.
Le voyageur absent de Jean Orizet EmptySam 4 Mai - 15:49 par Seawulf

» Entrevoir
Le voyageur absent de Jean Orizet EmptyMer 3 Avr - 22:16 par Seawulf

» Derniers poèmes d’amour de Paul Eluard
Le voyageur absent de Jean Orizet EmptySam 23 Déc - 15:53 par Seawulf

» Ruby moonlight de Ali Cobby Eckermann
Le voyageur absent de Jean Orizet EmptyMar 19 Déc - 13:24 par Seawulf

» Les aleurodes s’émancipent…(éco-anxiété)
Le voyageur absent de Jean Orizet EmptyJeu 19 Oct - 10:36 par Seawulf

» La voix de la vie de Edith Bruck
Le voyageur absent de Jean Orizet EmptyJeu 19 Oct - 10:32 par Seawulf

» Dans le soir étrillé… (Breizh)
Le voyageur absent de Jean Orizet EmptyMer 20 Sep - 17:01 par Seawulf

» Tombées de Christian Hubin
Le voyageur absent de Jean Orizet EmptyJeu 27 Juil - 10:10 par Seawulf

» La brise s’égrise…
Le voyageur absent de Jean Orizet EmptySam 22 Juil - 11:15 par Seawulf

» R o u t e s
Le voyageur absent de Jean Orizet EmptyJeu 13 Juil - 11:51 par Seawulf

» Chercher la vie
Le voyageur absent de Jean Orizet EmptyVen 7 Juil - 11:08 par Seawulf

» Au matin pourpre (Breizh)
Le voyageur absent de Jean Orizet EmptyDim 28 Mai - 7:22 par Seawulf

» Ne varietur (Breizh)
Le voyageur absent de Jean Orizet EmptyVen 26 Mai - 10:46 par Seawulf

Mots-clés les plus tagués

Le voyageur absent de Jean Orizet

Aller en bas

21042021

Message 

Le voyageur absent de Jean Orizet Empty Le voyageur absent de Jean Orizet




Nuit à Paris


Pour A.B. « out, out, brief candle…”


Ce soir, dans Paris lisse et violet, la lune sent le foin de pelouse interdite, gardée par les femmes de bronze aux portes d’automne en sang. Une brume d’herbe reste accrochée sur les balcons sans ovations d’un palais impunément masqué. La lumière s’éparpille au sein d’une eau huileuse, conscience trouble des chalands.
En traversant le Pont-Royal, que la tiédeur éclabousse, le voyager récite, pour lui seul, deux fragments de Shakespeare à l’envers : « Rêver, dormir, mourir peut-être » et : « L’ombre n’est qu’une vie qui passe ».
Seawulf
Seawulf

Messages : 132
Date d'inscription : 20/03/2021

https://www.seawulf-proesie.com/

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : reddit
- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum