BALADE EN PROÉSIE


Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

BALADE EN PROÉSIE
BALADE EN PROÉSIE
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Egarements
Le voyageur absent de Jean Orizet EmptyJeu 7 Oct - 14:35 par Seawulf

» Rondeur des mains
Le voyageur absent de Jean Orizet EmptyJeu 7 Oct - 14:32 par Seawulf

» À la lumière du désamour
Le voyageur absent de Jean Orizet EmptyVen 24 Sep - 15:51 par Seawulf

» Très haut amour et autres textes de Catherine Pozzi
Le voyageur absent de Jean Orizet EmptyMar 14 Sep - 16:16 par Seawulf

» Flash-back cicatriciel
Le voyageur absent de Jean Orizet EmptyMar 14 Sep - 14:54 par Seawulf

» Ce qui n’a pu être
Le voyageur absent de Jean Orizet EmptyLun 13 Sep - 16:54 par Seawulf

» Attente
Le voyageur absent de Jean Orizet EmptyLun 13 Sep - 9:43 par Seawulf

» New York 2001 « Ground zero »
Le voyageur absent de Jean Orizet EmptySam 11 Sep - 14:56 par Seawulf

» L‘impossible espoir (Afghanistan War)
Le voyageur absent de Jean Orizet EmptyMer 18 Aoû - 9:10 par Seawulf

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 41 le Mer 7 Avr - 10:42
NEWS

    Pas d'annonces disponibles.

    Le voyageur absent de Jean Orizet

    Aller en bas

    Le voyageur absent de Jean Orizet Empty Le voyageur absent de Jean Orizet

    Message par Seawulf Mer 21 Avr - 7:19

    Nuit à Paris


    Pour A.B. « out, out, brief candle…”


    Ce soir, dans Paris lisse et violet, la lune sent le foin de pelouse interdite, gardée par les femmes de bronze aux portes d’automne en sang. Une brume d’herbe reste accrochée sur les balcons sans ovations d’un palais impunément masqué. La lumière s’éparpille au sein d’une eau huileuse, conscience trouble des chalands.
    En traversant le Pont-Royal, que la tiédeur éclabousse, le voyager récite, pour lui seul, deux fragments de Shakespeare à l’envers : « Rêver, dormir, mourir peut-être » et : « L’ombre n’est qu’une vie qui passe ».
    Seawulf
    Seawulf

    Messages : 75
    Date d'inscription : 20/03/2021

    Voir le profil de l'utilisateur https://www.seawulf-proesie.com/

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum