À l'orée des mots


Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

À l'orée des mots
À l'orée des mots
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Comme un morceau de nuit, découpé dans son étoffe de Deborah Heissler
Chercher la lumière d'entre les nuages EmptyMar 14 Mai - 15:14 par Seawulf

» Carnet de vie de Flash.
Chercher la lumière d'entre les nuages EmptySam 4 Mai - 15:49 par Seawulf

» Entrevoir
Chercher la lumière d'entre les nuages EmptyMer 3 Avr - 22:16 par Seawulf

» Derniers poèmes d’amour de Paul Eluard
Chercher la lumière d'entre les nuages EmptySam 23 Déc - 15:53 par Seawulf

» Ruby moonlight de Ali Cobby Eckermann
Chercher la lumière d'entre les nuages EmptyMar 19 Déc - 13:24 par Seawulf

» Les aleurodes s’émancipent…(éco-anxiété)
Chercher la lumière d'entre les nuages EmptyJeu 19 Oct - 10:36 par Seawulf

» La voix de la vie de Edith Bruck
Chercher la lumière d'entre les nuages EmptyJeu 19 Oct - 10:32 par Seawulf

» Dans le soir étrillé… (Breizh)
Chercher la lumière d'entre les nuages EmptyMer 20 Sep - 17:01 par Seawulf

» Tombées de Christian Hubin
Chercher la lumière d'entre les nuages EmptyJeu 27 Juil - 10:10 par Seawulf

» La brise s’égrise…
Chercher la lumière d'entre les nuages EmptySam 22 Juil - 11:15 par Seawulf

» R o u t e s
Chercher la lumière d'entre les nuages EmptyJeu 13 Juil - 11:51 par Seawulf

» Chercher la vie
Chercher la lumière d'entre les nuages EmptyVen 7 Juil - 11:08 par Seawulf

» Au matin pourpre (Breizh)
Chercher la lumière d'entre les nuages EmptyDim 28 Mai - 7:22 par Seawulf

» Ne varietur (Breizh)
Chercher la lumière d'entre les nuages EmptyVen 26 Mai - 10:46 par Seawulf

» Sur l'écritoire...
Chercher la lumière d'entre les nuages EmptyMar 23 Mai - 11:21 par Seawulf

Mots-clés les plus tagués

Chercher la lumière d'entre les nuages

Aller en bas

06062022

Message 

Chercher la lumière d'entre les nuages Empty Chercher la lumière d'entre les nuages




« Le temps passé nous guette et le temps / qui reste en fait autant » Francis Dannemark
 
« L’indifférence est une paralysie de l’âme » Anton Tchekhov
 
Quelque part à l’Est, la terre chante la mort. Les pleurs fondent en cascades, des larmes assaillent le cœur des âmes qui saignent abondamment. Tant de pourquoi sans réponses, figées et suspendues à on ne sait quoi ; des choses irrésolues qui datent et reviennent comme une antienne chaque fois que des tirs fracassants surviennent. Fil invisible à tout rompre, des voix s’éteignent dans le fracas des explosions. J’ai mal pour eux et pour nous. Tant de bougies sans flamme. Le froid de l’inhumanité s’insinue subrepticement dans chaque pore de la peau. Et j’écoute, impatiemment, inlassablement, venue d’ailleurs, les fractions de silence. Celles d’un répit, d’une pause, de possibles pourparlers.  Parfois, presque irrésistiblement, je voudrais partir loin, très loin, être sur un bateau au large de tout, même de moi-même, oublier tout cela, et m’astreindre à guider le foc pour capter le bon vent, celui d’un sillage galopant à l’énergie vivifiante. Je veux chercher la lumière d’entre les nuages, écarter le noir et le gris, faire émerger l’ouate, trouver un croissant d’espérance, un souffle léger et chaud, comme l’on dit « C’est une belle journée ! » en saluant un passant inconnu qui nous remplit de joie.
 
Je marche loin du chaos. Dans une contrée paisible. La vigne y pousse et augure d’un bon breuvage. L’amour fleurit ici ou là sous une tonnelle ou à l’ombre d’un porche. Plaisir et beauté s’assemblent pour former un tableau pastel de nos envies de vivre. Exister au cœur de nos sentiments lumineux, vertus de sagesse heureuse, bousculée aux vents de trésors passionnés. Aller et venir, comme une évidence. Danser la vie au gré de nos humeurs. S’endormir sur la pelouse du square au son des oiseaux et rêver à demain ou après-demain, en toute liberté.
 
Là-bas les rêves encagés s’étiolent. Des mots rugueux venus d’un autre âge escortent des temps de peur, des temps de repli, des temps de malheurs. Ils se présentent, un à un, bien alignés en rang. N’aiment que le bruit, veulent emprisonner les matins soyeux dans la poudre meurtrière, pour n’en plus faire que des lendemains - matin après matin, soir après soir - de plus en plus attristés, assombrissant de révolte guerrière même les esprits clairs.  Les frontières s’insurgent. Les No Man’s Land attendent.  Entre les deux la vie passée s’exhume. Comprendre l’insaisissable. Il y a que trop de prières depuis quelque temps. Dieu s’insurge !
 
Je songe aux mots d’un ghazal de Saadi :
 
Le tumultueux torrent qui descend des montagnes
Va se perdre dans les ravins
Mais la plus modeste goutte de rosée
Est aspirée par le soleil qui l’élève jusqu’aux étoiles.
Seawulf
Seawulf

Messages : 131
Date d'inscription : 20/03/2021

https://www.seawulf-proesie.com/

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : reddit
- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum