À l'orée des mots


Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

À l'orée des mots
À l'orée des mots
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Entrevoir
La petite lumière d'Antonio Moresco EmptyMer 3 Avr - 22:16 par Seawulf

» Derniers poèmes d’amour de Paul Eluard
La petite lumière d'Antonio Moresco EmptySam 23 Déc - 15:53 par Seawulf

» Ruby moonlight de Ali Cobby Eckermann
La petite lumière d'Antonio Moresco EmptyMar 19 Déc - 13:24 par Seawulf

» Les aleurodes s’émancipent…(éco-anxiété)
La petite lumière d'Antonio Moresco EmptyJeu 19 Oct - 10:36 par Seawulf

» La voix de la vie de Edith Bruck
La petite lumière d'Antonio Moresco EmptyJeu 19 Oct - 10:32 par Seawulf

» Dans le soir étrillé… (Breizh)
La petite lumière d'Antonio Moresco EmptyMer 20 Sep - 17:01 par Seawulf

» Tombées de Christian Hubin
La petite lumière d'Antonio Moresco EmptyJeu 27 Juil - 10:10 par Seawulf

» La brise s’égrise…
La petite lumière d'Antonio Moresco EmptySam 22 Juil - 11:15 par Seawulf

» R o u t e s
La petite lumière d'Antonio Moresco EmptyJeu 13 Juil - 11:51 par Seawulf

» Chercher la vie
La petite lumière d'Antonio Moresco EmptyVen 7 Juil - 11:08 par Seawulf

» Au matin pourpre (Breizh)
La petite lumière d'Antonio Moresco EmptyDim 28 Mai - 7:22 par Seawulf

» Ne varietur (Breizh)
La petite lumière d'Antonio Moresco EmptyVen 26 Mai - 10:46 par Seawulf

» Sur l'écritoire...
La petite lumière d'Antonio Moresco EmptyMar 23 Mai - 11:21 par Seawulf

» Citations de Christian Bobin
La petite lumière d'Antonio Moresco EmptyMer 17 Mai - 12:51 par Seawulf

» À l’heure où...
La petite lumière d'Antonio Moresco EmptyLun 15 Mai - 10:46 par Seawulf

Mots-clés les plus tagués

La petite lumière d'Antonio Moresco

Aller en bas

25062021

Message 

La petite lumière d'Antonio Moresco Empty La petite lumière d'Antonio Moresco




Extrait chapitre 29

On entend rien. On ne voit rien. Les montagnes, le ciel, les bois, les précipices, les sentiers, les ruelles empierrées, les ruines et les quelques maisons inhabitées, le câble qui traverse le hameau et qui continue à apporter la lumière dans ma maison, qui sait pourquoi, qui sait d'où, la balustrade, la chaise en fer aux pieds enfoncés face à l'à-pic blanc, les masses végétales qui jaillissent des murs, toutes ployées sous le poids de la neige... Des murs des autres maisons aussi et des ruines s'échappent des formes végétales, de véritables arbres et des haies horizontales qui plongent leurs racines entre les pierres, suçant dans leur cœur dur leur nourriture, tandis que les arbres poussent vers l'extérieur suspendus au-dessus du vide, avançant leurs tissus et leurs fibres et leur sève directement dans l'espace. Il y a des ruines qui  en sont totalement recouvertes, on ne comprend pas si ce sont des maisons ou des forêts inclinées qui s'avancent sur le vide. Les plantes grimpantes les ont complètement noyées sous leur épaisseur, d'où s'élèvent de petits troncs courbés qui essaient de s'échapper et de se libérer de leur terrible étreinte.
Seawulf
Seawulf

Messages : 129
Date d'inscription : 20/03/2021

https://www.seawulf-proesie.com/

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : reddit
- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum