BALADE EN PROÉSIE
Bienvenue à vous qui passez par ici. Faites y une halte, prenez le temps et si "Balade en proésie" vous parle, installez vous et créez des mots passeurs de vie. Belle journée à vous.
Seawulf (Yves)

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

BALADE EN PROÉSIE
Bienvenue à vous qui passez par ici. Faites y une halte, prenez le temps et si "Balade en proésie" vous parle, installez vous et créez des mots passeurs de vie. Belle journée à vous.
Seawulf (Yves)
BALADE EN PROÉSIE
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Blanc soleil
Ciel à perdre suivi de Le jardin des hommes de Aksinia Mihaylova EmptyMar 7 Juin - 8:44 par Seawulf

» Chercher la lumière d'entre les nuages
Ciel à perdre suivi de Le jardin des hommes de Aksinia Mihaylova EmptyLun 6 Juin - 18:11 par Seawulf

» Hommes d’ailleurs
Ciel à perdre suivi de Le jardin des hommes de Aksinia Mihaylova EmptyDim 8 Mai - 18:33 par Seawulf

» Tu flânais à contre-jour...
Ciel à perdre suivi de Le jardin des hommes de Aksinia Mihaylova EmptyVen 15 Avr - 18:33 par Seawulf

» Cascade
Ciel à perdre suivi de Le jardin des hommes de Aksinia Mihaylova EmptyVen 15 Avr - 16:59 par Seawulf

» Mots
Ciel à perdre suivi de Le jardin des hommes de Aksinia Mihaylova EmptyMar 12 Avr - 19:09 par Seawulf

» L'unique réponse de Jean-Marc Sourdillon
Ciel à perdre suivi de Le jardin des hommes de Aksinia Mihaylova EmptyLun 4 Avr - 16:34 par Seawulf

» En attendant
Ciel à perdre suivi de Le jardin des hommes de Aksinia Mihaylova EmptySam 26 Fév - 8:27 par Seawulf

» Le sens de la visite de Michel Deguy
Ciel à perdre suivi de Le jardin des hommes de Aksinia Mihaylova EmptyLun 21 Fév - 8:37 par Seawulf

» Les âmes sont vides…
Ciel à perdre suivi de Le jardin des hommes de Aksinia Mihaylova EmptySam 19 Fév - 9:04 par Seawulf

» Les nourritures terrestres de André Gide
Ciel à perdre suivi de Le jardin des hommes de Aksinia Mihaylova EmptyLun 24 Jan - 11:01 par Seawulf

» Midnight blue
Ciel à perdre suivi de Le jardin des hommes de Aksinia Mihaylova EmptyMar 18 Jan - 8:18 par Seawulf

» Nuit-amant
Ciel à perdre suivi de Le jardin des hommes de Aksinia Mihaylova EmptyLun 17 Jan - 13:40 par Seawulf

» Fragments écorchés
Ciel à perdre suivi de Le jardin des hommes de Aksinia Mihaylova EmptyMer 5 Jan - 7:31 par Seawulf

» Prose pour l'étrangère et Carnets de grand chemin de Julien Cracq
Ciel à perdre suivi de Le jardin des hommes de Aksinia Mihaylova EmptyMar 4 Jan - 16:33 par Seawulf

Ciel à perdre suivi de Le jardin des hommes de Aksinia Mihaylova

Aller en bas

Ciel à perdre suivi de Le jardin des hommes de Aksinia Mihaylova Empty Ciel à perdre suivi de Le jardin des hommes de Aksinia Mihaylova

Message par Seawulf Mar 4 Jan - 12:35

 Sous un nom étranger


Il y a tant de nuits qu'il revient sur la terrasse de mes rêves, monte ses marches effritées, silencieux comme une maison abandonnée, qu'il cherche son visage dans les fonds vides des fenêtres, un mouchoir décoloré et des bluets secs dans sa main.

Son nom est une plaie, comment l'appeler, il y a sept années que dans mes nuits suinte la plaie, comment rappeler les traits de son visage, je tends la main - des espaces infinis me séparent de mes gestes, des terrains vagues peuplés de taupinières, des fourmilières vides en bas dans les jardins. Entre moi et le frémissement de mes doigts, entre la douleur et la tentation coule un passé dans une petite flaque de sang aves des filets gluants, couleur de fruit pourri, ce qui collent à mes cuisses.

Il y a sept années déjà qu'il vient dans mes nuits, notre fils, le sel et le pain sont restés intacts, tes paroles sont des plaies, ne me raconte rien des jardins d'Octavio Paz, ici l'air est très lourd, depuis sept années les griottiers ne perdent plus leurs fleurs,

les deux se sont déshabillés et ils ont fait l'amour...


Notre fils est une branche de griottier rompue, les cloches ont sonné interminablement ce midi-là et les fichus noirs des femmes comme une volée de corbeaux montaient vers le cimetière. Où mène cette route, il y avait des puits desséchés dans mes yeux, le soleil vertical déshabillait les ombres, quand le cortège funèbre démarra, j'ai entendu la voix de ma mère, "ouvre les portes de la maison", faut-il que j'attende son retour toute la vie, maman, "ouvre les portes", je ne lui ai pas demandé pourquoi...

les deux se sont déshabillés, ils se sont embrassés, parce que les corps en étreinte surmontent le temps et sont intouchables...


Ne me raconte rien des jardins d'Octavio Paz, où m'emmènes-tu ? Il y a déjà sept années que les griottiers ne perdent plus leurs fleurs, et l'air sur la terrasse de mes rêves devient de plus en plus lourd, ne me raconte pas, où mène cette route ? Il y a des champs infinis couverts d'herbes amères entre moi et mes paroles et une taupinière vide : mes entrailles.
Seawulf
Seawulf

Messages : 98
Date d'inscription : 20/03/2021

Voir le profil de l'utilisateur https://www.seawulf-proesie.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum