À l'orée des mots


Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

À l'orée des mots
À l'orée des mots
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Comme un morceau de nuit, découpé dans son étoffe de Deborah Heissler
Le sens de la visite de Michel Deguy EmptyMar 14 Mai - 15:14 par Seawulf

» Carnet de vie de Flash.
Le sens de la visite de Michel Deguy EmptySam 4 Mai - 15:49 par Seawulf

» Entrevoir
Le sens de la visite de Michel Deguy EmptyMer 3 Avr - 22:16 par Seawulf

» Derniers poèmes d’amour de Paul Eluard
Le sens de la visite de Michel Deguy EmptySam 23 Déc - 15:53 par Seawulf

» Ruby moonlight de Ali Cobby Eckermann
Le sens de la visite de Michel Deguy EmptyMar 19 Déc - 13:24 par Seawulf

» Les aleurodes s’émancipent…(éco-anxiété)
Le sens de la visite de Michel Deguy EmptyJeu 19 Oct - 10:36 par Seawulf

» La voix de la vie de Edith Bruck
Le sens de la visite de Michel Deguy EmptyJeu 19 Oct - 10:32 par Seawulf

» Dans le soir étrillé… (Breizh)
Le sens de la visite de Michel Deguy EmptyMer 20 Sep - 17:01 par Seawulf

» Tombées de Christian Hubin
Le sens de la visite de Michel Deguy EmptyJeu 27 Juil - 10:10 par Seawulf

» La brise s’égrise…
Le sens de la visite de Michel Deguy EmptySam 22 Juil - 11:15 par Seawulf

» R o u t e s
Le sens de la visite de Michel Deguy EmptyJeu 13 Juil - 11:51 par Seawulf

» Chercher la vie
Le sens de la visite de Michel Deguy EmptyVen 7 Juil - 11:08 par Seawulf

» Au matin pourpre (Breizh)
Le sens de la visite de Michel Deguy EmptyDim 28 Mai - 7:22 par Seawulf

» Ne varietur (Breizh)
Le sens de la visite de Michel Deguy EmptyVen 26 Mai - 10:46 par Seawulf

» Sur l'écritoire...
Le sens de la visite de Michel Deguy EmptyMar 23 Mai - 11:21 par Seawulf

Mots-clés les plus tagués

Le sens de la visite de Michel Deguy

Aller en bas

21022022

Message 

Le sens de la visite de Michel Deguy Empty Le sens de la visite de Michel Deguy




Extraits

Bord

Au bord
Attenant à l’un peu, on trouve le beaucoup ; ils sont de la séquence (« un peu, beaucoup…pas du tout »). Beaucoup, c’est beaucoup d’un peu. « Il boit beaucoup ». L’excès (« passionnément, à la folie ») ne rentre pas dans le rang. Il déborde. « Trop .» Qu’est-ce que le débordement ? L’outrance ; l’hubris, comme on dit volontiers sans être pour autant helléniste. Que saurais-je de la joie, ou de l’amour, de la douleur, si je n’en débordais pas ; s’ils ne m’avaient pas débordé ?
Démesurément. N’est-ce pas la démesure qui invente la mesure, l’overdose, la dose ? La crue invente les bords. Et le centaure Chiron, dit un fragment de Hölderlin, fraye un lit du fleuve à coups de chutes et d’inondations. La fontaine romaine ruisselle à pleins bords, et déborde. Ou plutôt : il faut distinguer le moment du débordement, la colère d’Achille, la folie d’Ajax, l’emportement qui « perd contrôle »,  le moment conséquent, qui peut ne pas venir, que le parler commun (celui qui devient » langue de bois » avant d’être délaissé pour d’autres lieux communs) nomme, depuis une ou deux générations, la « récupération ». Car la canalisation récupère le trop-plein, pour peu qu’on travaille à maintenir le beau débord de la fontaine.
Rejoignons le bord. Sans doute le bord est-il le désiré, le but. Rentrer au port, c’est-à-dire au bord, est le désir (nostos) du regrettant Ulysse, Du Bellay nous le faisait savoir, à nous les écoliers, au temps où on récitait les leçons à l’école. Ai-je le droit de me citer ? Je l’usurpe. À un poème de Gisants, je faisais dire : « pourquoi revient cette formule aimée / « Au bord du monde encore une fois « / Qu’est ce bord ? qu’est-ce « bord », être au bord / La bordure chez Baudelaire et / La terrasse des princes de Rimbaud / Avec vue sur le monde […]. »
Je me donne un « Gauguin » lui-même fait de tous les Gauguins, si je puis dire, comme on songe à « du Gauguin ». L’ekphrasis parlerait au présent de l’indicatif ; au temps poétique du « il y a » (Aragon, Apollinaire, Eluard). Il y a des arbres parmi les chevaux, il y a des assiettes à côté des visages ; des baigneurs à côté de linges, de palmes, de bêtes. Ce sont des plages, des bords, des horizontalités étagées ; la bande du rivage, la bande de l’océan, la bande du ciel, l’oriflamme des éléments ajointés. C’est le bord à bord du monde quand on arrive au monde comme on arrive à la mer. À terre ; au sol ; à plat. À  un unisson du multiple, c’est le monde au bord de lui-même. Où sommes-nous quand nous sommes là et qu’il nous faut l’œuvre pour y être ? Peut-être n’y a-t-il pas d’autre réponse aux trois fameuses questions. Nous sommes à. Aux bords et ainsi auprès. Là d’où nous venons, nous y allons et nous sommes comme si nous étions d’ailleurs. La toile peut le faire voir. L’œuvre comme un talisman apaise le monde en jetant de l’huile dans la tempête.
Du rebord où elle s’accoude, la sagesse, en son grand âge suspendu à la mutité des choses, à moitié penchée sur le monde, à moitié dans le néant, est semblable à Lucrèce contemplant « suavement » le naufrage depuis un rivage escarpé. La Grèce était un archipel (Hölderlin). Il n’y avait que les bords. « Et tout semblait lui servir de bordure », dit Baudelaire – qui ne parlait pas de la Grèce mais d’une beauté de femme. C’est la bordure qui donne accès au tout. Le dieu Pan, avant sa mort, était marin.
 
Encre de Chine
Montagnes célestes
le plus loin devient le plus haut
le très loin le très haut
 
L’en-même temps du haut et bas
égalise le bas le haut de bas en haut :
étapes sages de la montée du Mont
 
Une passerelle très légère
d’une seule phalange ajointe
les monts très séparés
voisins d’abîme
 
Les branches les mousses même
font idéogrammes
Seawulf
Seawulf

Messages : 131
Date d'inscription : 20/03/2021

https://www.seawulf-proesie.com/

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : reddit

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum