À l'orée des mots


Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

À l'orée des mots
À l'orée des mots
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Comme un morceau de nuit, découpé dans son étoffe de Deborah Heissler
Prose pour l'étrangère et Carnets de grand chemin de Julien Cracq  EmptyMar 14 Mai - 15:14 par Seawulf

» Carnet de vie de Flash.
Prose pour l'étrangère et Carnets de grand chemin de Julien Cracq  EmptySam 4 Mai - 15:49 par Seawulf

» Entrevoir
Prose pour l'étrangère et Carnets de grand chemin de Julien Cracq  EmptyMer 3 Avr - 22:16 par Seawulf

» Derniers poèmes d’amour de Paul Eluard
Prose pour l'étrangère et Carnets de grand chemin de Julien Cracq  EmptySam 23 Déc - 15:53 par Seawulf

» Ruby moonlight de Ali Cobby Eckermann
Prose pour l'étrangère et Carnets de grand chemin de Julien Cracq  EmptyMar 19 Déc - 13:24 par Seawulf

» Les aleurodes s’émancipent…(éco-anxiété)
Prose pour l'étrangère et Carnets de grand chemin de Julien Cracq  EmptyJeu 19 Oct - 10:36 par Seawulf

» La voix de la vie de Edith Bruck
Prose pour l'étrangère et Carnets de grand chemin de Julien Cracq  EmptyJeu 19 Oct - 10:32 par Seawulf

» Dans le soir étrillé… (Breizh)
Prose pour l'étrangère et Carnets de grand chemin de Julien Cracq  EmptyMer 20 Sep - 17:01 par Seawulf

» Tombées de Christian Hubin
Prose pour l'étrangère et Carnets de grand chemin de Julien Cracq  EmptyJeu 27 Juil - 10:10 par Seawulf

» La brise s’égrise…
Prose pour l'étrangère et Carnets de grand chemin de Julien Cracq  EmptySam 22 Juil - 11:15 par Seawulf

» R o u t e s
Prose pour l'étrangère et Carnets de grand chemin de Julien Cracq  EmptyJeu 13 Juil - 11:51 par Seawulf

» Chercher la vie
Prose pour l'étrangère et Carnets de grand chemin de Julien Cracq  EmptyVen 7 Juil - 11:08 par Seawulf

» Au matin pourpre (Breizh)
Prose pour l'étrangère et Carnets de grand chemin de Julien Cracq  EmptyDim 28 Mai - 7:22 par Seawulf

» Ne varietur (Breizh)
Prose pour l'étrangère et Carnets de grand chemin de Julien Cracq  EmptyVen 26 Mai - 10:46 par Seawulf

» Sur l'écritoire...
Prose pour l'étrangère et Carnets de grand chemin de Julien Cracq  EmptyMar 23 Mai - 11:21 par Seawulf

Mots-clés les plus tagués

Prose pour l'étrangère et Carnets de grand chemin de Julien Cracq

Aller en bas

04012022

Message 

Prose pour l'étrangère et Carnets de grand chemin de Julien Cracq  Empty Prose pour l'étrangère et Carnets de grand chemin de Julien Cracq




Extraits

Prose pour l’étrangère

J'ai respiré ton air acide, je suis entré dans ta saison hasardeuse comme un voyageur qui reconnaît les routes à l'heure imprudente où tout craque encore dans la montagne d'avril tigrée de jacinthes et d'avalanches. Tu m'as giflé de ton printemps sans tiédeur, tu m'as ameubli de ton sourire enfondu de perce-neige, tu traverses ma prévoyance comme la fleur désastreuse épanouie aux doigts mêmes des saints de glace. J'aime ton visage qui brouille les repères du cœur et les saisons de la tendresse — ton visage en désarroi, plus frais, plus emmêlé, plus trouble que les chantiers bousculés du dégel, pareil à la mue du ciel de juin et à l'alpage qui boit sa neige — ton front buté de voleuse de cerises, et ta bouche court bridée de jeune épouse — ton rire qui secoue toute la neige des jardins de mai, et ta voix sombrée de parterre nocturne — et, comme un creux d'eau de glacier au bord d'une joue de prairie neuve, le bleu durci de tes yeux de pensionnaire qui saute le mur du couvent.

Carnets de grand chemin

(…) Non plus le noyer grêle aux feuilles claires, mais le châtaignier vert sombre, piqué de rosettes d’un vert plus jaune, dont l’ombrage est si lourd, et le massif de feuillage si compact. Et, de toutes parts, gardés par ces hautes tours vertes, s’étalent non plus les chaumes secs et les éteules roussies du Poitou, mais de profonds étangs d’herbe, enclos entre les berges des haies, chambres de verdure secrètes qui s’imbriquent et s’entr’ouvrent indéfiniment l’une sur l’autre, pelucheuses, moelleuses, encourtinées, et d’où l’haleine des plantes confinées déferle sur la route aussi intime et entêtante que la touffeur d’une alcôve. Ce n’est pas la forêt, clairement délimitée, avec l’aplomb de sa muraille nette et l’avalement brutal, en coup de vent, de la route par sa haute tranchée noire – ce n’est pas le bocage aux haies de ronciers plus épaisses et plus maigres – c’est un enfièvrement congestif du monde des plantes, qui monte, gonfle et s’amasse peu à peu des deux côtés de la route comme un orage vert. Les branches s’avancent au-dessus de la chaussée et y dégorgent lentement, goutte à goutte, l’eau lourde de la dernière averse : au-dessous d’elles, le long des bas-côtés où s’épaissit l’herbe vorace, les paravents des haies ferment toute issue au regard ; le bourrelet tremblant des fougères vient onduler jusqu’à l’asphalte. (…)
Seawulf
Seawulf

Messages : 131
Date d'inscription : 20/03/2021

https://www.seawulf-proesie.com/

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : reddit

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum