À l'orée des mots


Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

À l'orée des mots
À l'orée des mots
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Comme un morceau de nuit, découpé dans son étoffe de Deborah Heissler
La vie masquée EmptyMar 14 Mai - 15:14 par Seawulf

» Carnet de vie de Flash.
La vie masquée EmptySam 4 Mai - 15:49 par Seawulf

» Entrevoir
La vie masquée EmptyMer 3 Avr - 22:16 par Seawulf

» Derniers poèmes d’amour de Paul Eluard
La vie masquée EmptySam 23 Déc - 15:53 par Seawulf

» Ruby moonlight de Ali Cobby Eckermann
La vie masquée EmptyMar 19 Déc - 13:24 par Seawulf

» Les aleurodes s’émancipent…(éco-anxiété)
La vie masquée EmptyJeu 19 Oct - 10:36 par Seawulf

» La voix de la vie de Edith Bruck
La vie masquée EmptyJeu 19 Oct - 10:32 par Seawulf

» Dans le soir étrillé… (Breizh)
La vie masquée EmptyMer 20 Sep - 17:01 par Seawulf

» Tombées de Christian Hubin
La vie masquée EmptyJeu 27 Juil - 10:10 par Seawulf

» La brise s’égrise…
La vie masquée EmptySam 22 Juil - 11:15 par Seawulf

» R o u t e s
La vie masquée EmptyJeu 13 Juil - 11:51 par Seawulf

» Chercher la vie
La vie masquée EmptyVen 7 Juil - 11:08 par Seawulf

» Au matin pourpre (Breizh)
La vie masquée EmptyDim 28 Mai - 7:22 par Seawulf

» Ne varietur (Breizh)
La vie masquée EmptyVen 26 Mai - 10:46 par Seawulf

» Sur l'écritoire...
La vie masquée EmptyMar 23 Mai - 11:21 par Seawulf

Mots-clés les plus tagués

La vie masquée

Aller en bas

27102021

Message 

La vie masquée Empty La vie masquée




« Un océan de lourdes nécessités
Écrêté par les tourbillons du hasard » M. Deguy
 
Lorsque l’insouciance s’en va parce qu’il n’y a plus d’entre nous
et que les jambes ne se décroisent plus au café « La Bonne Aventure » fermé,
que tu n’occupes plus l’espace de vie extérieur, au square du temps flâné,
et que ton appartement tout repeint en vert n’offre que des murs au 10ème étage,
alors la vie s’en va sur la pointe des pieds, s’affadit inéluctablement !
L’ascenseur immobile charge du vide, l’érotisme disparait avec la distance
et l’existence se racornit au fil des jours confinés que nous sommes dans l’attente
d’une porte qui s’entrouvre, d’un baiser osé, d’une fenêtre échappée vers l’amour.
 
Seules les fleurs de cerisiers s’emperlent de fantaisie rose aux bleus de l’âme
près de l’hôpital des cœurs meurtris où la mort s’invite sans faire-part...
Ombres chinoises imparfaites et recluses secouent l’indifférence du temps arrêté
à l’horloge de la survie tant espérée ! Et des blouses bleues envahies de joie
chantent la renaissance d’un souffle de vie.
  
Donnez-moi vos mains, même gantées, je veux les toucher au-delà d’aimer
comme pour vous dire des mots effacés retenus par le temps d’avant aujourd’hui ;
des mercis, des regards aux larmes confidences qui inondent vos visages masqués de lumière,
horizon calligraphié de sourires fraternels, des yeux fatigués, vert coquelicot, maquillés
de parfums aux lèvres dessinées d’absences, de mots invisibles tracés de plumes océanes,
chamboulées au credo de l’essentiel, hématose aiguë, seul fil d’Ariane, corridor ténu,
vies à la dérive, que vous retenez de vos mains inexorablement,
jusqu’au bout du silence éternel, là où s’ensommeille l’âme !
Seawulf
Seawulf

Messages : 131
Date d'inscription : 20/03/2021

https://www.seawulf-proesie.com/

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : reddit

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum