À l'orée des mots


Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

À l'orée des mots
À l'orée des mots
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Comme un morceau de nuit, découpé dans son étoffe de Deborah Heissler
Ce qui n’a pu être EmptyMar 14 Mai - 15:14 par Seawulf

» Carnet de vie de Flash.
Ce qui n’a pu être EmptySam 4 Mai - 15:49 par Seawulf

» Entrevoir
Ce qui n’a pu être EmptyMer 3 Avr - 22:16 par Seawulf

» Derniers poèmes d’amour de Paul Eluard
Ce qui n’a pu être EmptySam 23 Déc - 15:53 par Seawulf

» Ruby moonlight de Ali Cobby Eckermann
Ce qui n’a pu être EmptyMar 19 Déc - 13:24 par Seawulf

» Les aleurodes s’émancipent…(éco-anxiété)
Ce qui n’a pu être EmptyJeu 19 Oct - 10:36 par Seawulf

» La voix de la vie de Edith Bruck
Ce qui n’a pu être EmptyJeu 19 Oct - 10:32 par Seawulf

» Dans le soir étrillé… (Breizh)
Ce qui n’a pu être EmptyMer 20 Sep - 17:01 par Seawulf

» Tombées de Christian Hubin
Ce qui n’a pu être EmptyJeu 27 Juil - 10:10 par Seawulf

» La brise s’égrise…
Ce qui n’a pu être EmptySam 22 Juil - 11:15 par Seawulf

» R o u t e s
Ce qui n’a pu être EmptyJeu 13 Juil - 11:51 par Seawulf

» Chercher la vie
Ce qui n’a pu être EmptyVen 7 Juil - 11:08 par Seawulf

» Au matin pourpre (Breizh)
Ce qui n’a pu être EmptyDim 28 Mai - 7:22 par Seawulf

» Ne varietur (Breizh)
Ce qui n’a pu être EmptyVen 26 Mai - 10:46 par Seawulf

» Sur l'écritoire...
Ce qui n’a pu être EmptyMar 23 Mai - 11:21 par Seawulf

Mots-clés les plus tagués

Ce qui n’a pu être

Aller en bas

13092021

Message 

Ce qui n’a pu être Empty Ce qui n’a pu être




«Tous les mots
tous les sourires
sont des masques
 
Sauf mes mots
sauf mes sourires pour toi. » Maram al-Masri
 
Épaules invisibles et douces, je les caresse dans mes rêves les plus fous aux portes de l’évanescence. Des étoiles parfumées me prennent par la main. Fragrances inoubliables qui me suivent, me poursuivent, m’enivrent toujours aujourd’hui. J’use mes pas sur les trottoirs que nous avons fréquentés. Les affiches se parent de couleurs vives, design minimaliste, « I dream forever », avec des slogans « démasqués » qui tentent l’esprit, au cœur de la morosité ambiante. Mais ce soir je les snobs. L’esprit et l’âme c’était toi. Le business et le marketing n’avaient pas de place. Il est minuit, je songe à ce qu’aurait pu être notre Nous. Peut-être aurait-il fallu un mot de plus ou un mot de moins, une intonation plus fragile, un sourire plus franc ou une esquisse moins timide, dont on devine immédiatement la profondeur ; bref, un geste plus accueillant, des mains plus dansantes, des arabesques qui chantent la vie ! Les femmes aiment rire. Enfin, une de ces choses que l’on n’apprend pas à l’école ni nulle part ailleurs, en dehors de la vie sans doute, et encore, selon la vie vécue. Il est des jours, il est des nuits, où le souvenir se ravive. Ces instants impalpables et qui finalement ont décidé à notre place, plus ou moins, inconsciemment. On parle de hasard, de destin, de chance ou de providence. Mais après coup, on se torture l’esprit, on doute. Puis le temps fait le reste. On se ressaisit. Il est si dur de se déjuger, même lorsque cela joue contre soi.
 
Alors, on s’enhardit à penser que c’était comme ça. Qu’il y avait sûrement une raison. On la cherche en vain ! Les faits sont têtus. Un amour « de passage » reste un moment d’amour. Il laisse des traces, parfois profondes. Pas de cicatrices visibles, pas de pansements. Rien. Juste cette sensation d’un inapaisement infréquentable qui titille nos pensées à certains moments.  Alors on se dit, que peut-être il y avait un sentier, un chemin, voire un horizon, large, dégagé ouvert à l’infini. Peut-être que les mots seraient advenus – je veux dire les bons mots. Et les sourires auraient suivi. Et même des gestes empathiques seraient venus à la rescousse, peut-être. Mon Dieu, qu’il est difficile d’être soi-même dans cet univers pressé et « performeur ». Et le temps s’écoule, il passe le sablier, il est même, hélas, déjà loin ! Ce temps où les possibles étaient présents, à portée de mains. Je garde en mémoire, l’histoire d’une rencontre éphémère, un soir d’été, parfumé de lilas, non loin de l’immensité océane. Et depuis, je murmure des choses inédites, parfois inattendues, enfouies au tréfonds de ma chair, face à la mer. Il n’y a plus de bouteille à jeter. Juste des mots de brise légère qui parcourent le monde. Je ne suis plus tout à fait seul, une larme m’accompagne !
Seawulf
Seawulf

Messages : 131
Date d'inscription : 20/03/2021

https://www.seawulf-proesie.com/

Glad aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : reddit

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum