BALADE EN PROÉSIE


Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

BALADE EN PROÉSIE
BALADE EN PROÉSIE
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Lettre à vous
Déshabitué EmptyMar 20 Juil - 8:51 par Seawulf

» Aller conquérir
Déshabitué EmptyMar 20 Juil - 8:40 par Seawulf

» Les mots
Déshabitué EmptyLun 12 Juil - 12:54 par Seawulf

» Une colombe si cruelle de Frederico Garcia Lorca
Déshabitué EmptyLun 12 Juil - 11:01 par Seawulf

» Ma douce liberté
Déshabitué EmptyMer 30 Juin - 8:11 par Seawulf

» La Mariensäule (Germany - Cold War)
Déshabitué EmptyMar 29 Juin - 7:11 par Seawulf

» La petite lumière d'Antonio Moresco
Déshabitué EmptyVen 25 Juin - 10:43 par Seawulf

» Éternellement
Déshabitué EmptyVen 25 Juin - 10:04 par Seawulf

» Déshabitué
Déshabitué EmptyVen 25 Juin - 9:51 par Seawulf

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 3 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 3 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 41 le Mer 7 Avr - 10:42
NEWS

    Pas d'annonces disponibles.

    Déshabitué

    Aller en bas

    Déshabitué Empty Déshabitué

    Message par Seawulf Ven 25 Juin - 9:51

    « Je ne comprends pas.
    On ne se comprend pas.
    Les mots des autres…
    Ne me vont plus. » Laurent Gaudé
     
    S'endormir au creux du même lit, se retourner comme pour dire « passe ton chemin ». Ne plus s'aimer, mais se rapprocher. Ne plus oser, mais tout de même rester. Se regarder avec les yeux de l'errance et abandonner nos corps nus au silence. Ne plus frissonner à la clarté de l'été et bouder l'autre et toute sa volupté. Ouvrir la fenêtre et chercher dehors ce qui n’existe plus dedans. Coiffer le jardin de son regard aux reflets multicolores, miroir floral aux fragrances enveloppantes et subtiles. Où sont passés nos rêves, notre insouciance, nos projets ?
     
    Les mots deviennent rares. Un délitement du Nous s’installe subrepticement, jour après jour. Calendrier invisible de Je inexistants. Et cependant, tenter de jouer aux vieux amants avec des caresses d'un temps peu aimant, puis, afficher à l’extérieur un éternel sourire, pour arpenter demain si long à venir ! Car au cœur de pierre foisonne l'ennui. Et si je préfère me retourner sur hier, quand l'amour était moi, et que j'en étais fier, c'est sans doute que je voudrais être n’importe où ailleurs ! Il n’y a plus d’abat-jour, de lumière tamisée, de caresses enivrantes, d’offrandes aux yeux de velours diamantés. De story à faire rêver, pour encore cheminer vers tous les lendemains, vers des aurores toujours rouge passion. Il n’y a qu’un vide immense qui me déchire le cœur et l’âme. Nos nudités sont habillées d’indifférence.
     
    Pourquoi faut-il donc toujours trop y croire aux déesses, aux feux follets, je me sens si seul ce soir. Et j'entends une petite voix solennelle, me dire : « Tu n’écoutes plus les silences de celle qui a été ta belle ». Oui, mais lorsqu'on ne sait où va sa préférence, l'habitude voile les nuances et même les différences ! Il est bien tard, pourtant, j’aimerais faire l'amour et penser avec délice, qu'il s'agit là, d'un caprice du jour… Puis m’endormir et lui susurrer à l’oreille je t’aime.
    Seawulf
    Seawulf

    Messages : 64
    Date d'inscription : 20/03/2021

    Voir le profil de l'utilisateur https://www.seawulf-proesie.com/

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum