À l'orée des mots


Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

À l'orée des mots
À l'orée des mots
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Bleu nuit
Folle transgression EmptyMar 4 Juin - 18:37 par Seawulf

» Comme un morceau de nuit, découpé dans son étoffe de Deborah Heissler
Folle transgression EmptyMar 14 Mai - 15:14 par Seawulf

» Carnet de vie de Flash.
Folle transgression EmptySam 4 Mai - 15:49 par Seawulf

» Entrevoir
Folle transgression EmptyMer 3 Avr - 22:16 par Seawulf

» Derniers poèmes d’amour de Paul Eluard
Folle transgression EmptySam 23 Déc - 15:53 par Seawulf

» Ruby moonlight de Ali Cobby Eckermann
Folle transgression EmptyMar 19 Déc - 13:24 par Seawulf

» Les aleurodes s’émancipent…(éco-anxiété)
Folle transgression EmptyJeu 19 Oct - 10:36 par Seawulf

» La voix de la vie de Edith Bruck
Folle transgression EmptyJeu 19 Oct - 10:32 par Seawulf

» Dans le soir étrillé… (Breizh)
Folle transgression EmptyMer 20 Sep - 17:01 par Seawulf

» Tombées de Christian Hubin
Folle transgression EmptyJeu 27 Juil - 10:10 par Seawulf

» La brise s’égrise…
Folle transgression EmptySam 22 Juil - 11:15 par Seawulf

» R o u t e s
Folle transgression EmptyJeu 13 Juil - 11:51 par Seawulf

» Chercher la vie
Folle transgression EmptyVen 7 Juil - 11:08 par Seawulf

» Au matin pourpre (Breizh)
Folle transgression EmptyDim 28 Mai - 7:22 par Seawulf

» Ne varietur (Breizh)
Folle transgression EmptyVen 26 Mai - 10:46 par Seawulf

Mots-clés les plus tagués

Folle transgression

Aller en bas

03062021

Message 

Folle transgression Empty Folle transgression




“ Dehors s’accroît / La nature enfin / Transhumante“ Martin Ziegler
 
Lorsqu’au mitan de sa vie l’on songe à quelques mots de ses parents,
« Quand on se déplace en marchant, il faut toujours regarder devant ! »,
cela sonne encore comme une évidence. Et puis un jour, le gong frappe.
 
Une brume opaque s’effiloche,
drap de lin déchiré pendu dans notre tête, voile nos yeux et bouscule notre cœur.
Quelque chose qui susurre des mots impalpables, confusément,
de manière confidentielle, de temps à autre.
 
Ils viennent,
deux à deux, baladins,
sans crier gare, métaboliser l’esprit.
Un soir d’orage mouillé, dégingandés, se calent au coin du jour,
dans l’ombre de la fenêtre, et nous disent,
« Voyez, dans ce bras de nuit, cette étoile luminescente nous observe ».
Et puis au matin, « regardez la lune décroissante qui nous envoie un message lumineux,
plein de rondeur, plongez dedans, l’inspiration viendra !».
 
Chimères incongrues, le corps embolise.
D’où viennent-ils, on ne le sait !
De là-bas où d’ailleurs, qui peut le dire,
du fin fond des terres où brûlent les regains
ou de ce canal à fleur d’eau, miroir sans réfraction 
ou peut-être, de ce talweg abandonné à l’insouci des hommes !
Ils avancent dans le noir, mains fuligineuses,
cherchent un chapelet, une route sans fin à l’inassouvissement contrarié,
et ouvrent leur esprit à l’oratoire de la dramaturgie dans un huis clos unique.
 
« Imaginez », disent-ils,
avant de se pencher sur nos épaules,
effleurer le cou et faire silence au ciel nacré de l’espoir.
« Imaginez autre chose »,
et le cœur capture les papillons grenouillant comme des têtards dans le ventre.
« Voyez nos congénères se déplacer rapidement, métronomes,
en mains tablettes, iPhones, écouteurs verrouillés sur les oreilles.
Ils observent le sol au plus près. Ne s’aventurent pas très au-delà,
car ils pensent que le danger les guette ».
 
Posément une voix euphonique murmure
des choses insensées. Elle m’invite à transgresser la norme,
et insiste pour me placer à contre-courant,
aller chercher les lignes de fuite, celles qui se perdent à l’infini,
à l’ombre du ciel ou à découvert dans un glacis herbeux qui n’en finit pas.
Je cherche l’introuvable, l’immatériel, un horizon, mon horizon,
un déboitement, peut-être la providence !
Je marche toujours et encore, loin du chahut des hommes,
du désossement des fantasmes. Alors,
je décide d’embrasser la « proésie » aux désirs contingents !
 
Une petite flamme s’invite et me propose de m’asseoir,
de faire une pause près de ce mélèze, de fermer les yeux
et de contempler le calme alentour. Le tournis du monde s’arrête.
Demeure juste le silence, bruissement d’absence exubérante,
fil invisible, au cœur de la parole intérieure, d’un acte rédimant !
Je vois désormais, sans renoncement, beaucoup plus loin. Et les mots
parcourent l’imaginaire transhumant, désormais mes graffitis de vie.
Seawulf
Seawulf

Messages : 132
Date d'inscription : 20/03/2021

https://www.seawulf-proesie.com/

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : reddit

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum