BALADE EN PROÉSIE


Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

BALADE EN PROÉSIE
BALADE EN PROÉSIE
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Lettre à vous
Sur la route... EmptyMar 20 Juil - 8:51 par Seawulf

» Aller conquérir
Sur la route... EmptyMar 20 Juil - 8:40 par Seawulf

» Les mots
Sur la route... EmptyLun 12 Juil - 12:54 par Seawulf

» Une colombe si cruelle de Frederico Garcia Lorca
Sur la route... EmptyLun 12 Juil - 11:01 par Seawulf

» Ma douce liberté
Sur la route... EmptyMer 30 Juin - 8:11 par Seawulf

» La Mariensäule (Germany - Cold War)
Sur la route... EmptyMar 29 Juin - 7:11 par Seawulf

» La petite lumière d'Antonio Moresco
Sur la route... EmptyVen 25 Juin - 10:43 par Seawulf

» Éternellement
Sur la route... EmptyVen 25 Juin - 10:04 par Seawulf

» Déshabitué
Sur la route... EmptyVen 25 Juin - 9:51 par Seawulf

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 41 le Mer 7 Avr - 10:42
NEWS

    Pas d'annonces disponibles.

    Sur la route...

    Aller en bas

    Sur la route... Empty Sur la route...

    Message par Seawulf Jeu 6 Mai - 7:32

    “Si je me recherche dans la mémoire, c’est parce que je veux
    accéder à une transformation du climat“ Joan Elies Adell
     
    Sur la route de l’infini tes pas s’ensevelissent dans la poussière ocre. Au carrefour des attentes se croisent l’Est et l’Ouest, le Nord semble ignorer le Sud ; les routes s’éloignent. Des brumes passagères voilent ton esprit, vagabondent on ne sait où. Tu pianotes, tu détricotes les volutes d’ouates. Tu crochètes l’invisible, captes la source d’un je ne sais quoi d’absurde.
     
    Tu cherches ton chemin…
     
    Tu marches droit devant, somnambule de vie vers cette lumière acre qui décolore tout, particules au cœur de la mégapole gentrifiée, végétation agonisante drapée de smog indocile, les mouches sont vertes, les blés sont rouges, tes yeux clignent, s’achèchent, se dérobent à la vue dépolie de l’existant - entropie dissensuelle -, les voix s‘entremêlent aux confins de l’inscient.
     
    Tu sombres, ton âme vacille...
     
    Les voitures grondent, s’enrubannent, se disloquent, farandole erratique corsetée de noirceur carnivore, signalisations criardes orangées, visages masqués au loin, un chapelet de voix, causeuses inutiles. Il y a un temps où les mots ne parlent plus, ils écoutent ce que l’on n’a pas dit ou pas su dire ou si mal dit. Ils n’ont plus d’existence plus de légitimité, ils errent dans l’espace, comme aujourd’hui tes paupières sont accrochées aux dentelles des clochers abandonnés.
     
    Tu ne crois plus, en l’Autre...
     
    La nuit marche à l’ombre de tes pas, scaphandre étique au cœur faquin les étoiles deviennent impies. L’anorexie terrestre t’ôte le sommeil et tes lèvres babillent des images de tendresse, des je t’aime à jamais envolés, qui font la ronde dans le firmament. L’amour à besoin d’urgentistes !
     
    Tu fouilles dans ta mémoire...
     
    Des mots silencieux se perdent dans la galaxie, tandis qu’au plat de Terre, le bruit de mots arrogants, ivres de pouvoir, sonnent la charge. Les hommes s’entredéchirent, s’entretuent sans trêve. Pour un peu d’eau, une parcelle d’ombre, un morceau de pain. Mon dieu, pour la Vie ! Adieu les volées tournantes, les notes envoûtantes, les mots apaisants, les alléluias bienheureux ! Ils ne savent plus s’agenouiller !
     

    Tu inclines la tête et pries...
    Seawulf
    Seawulf

    Messages : 64
    Date d'inscription : 20/03/2021

    Voir le profil de l'utilisateur https://www.seawulf-proesie.com/

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum