BALADE EN PROÉSIE


Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

BALADE EN PROÉSIE
BALADE EN PROÉSIE
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Lettre à vous
Sainte-Croix de Verdon EmptyMar 20 Juil - 8:51 par Seawulf

» Aller conquérir
Sainte-Croix de Verdon EmptyMar 20 Juil - 8:40 par Seawulf

» Les mots
Sainte-Croix de Verdon EmptyLun 12 Juil - 12:54 par Seawulf

» Une colombe si cruelle de Frederico Garcia Lorca
Sainte-Croix de Verdon EmptyLun 12 Juil - 11:01 par Seawulf

» Ma douce liberté
Sainte-Croix de Verdon EmptyMer 30 Juin - 8:11 par Seawulf

» La Mariensäule (Germany - Cold War)
Sainte-Croix de Verdon EmptyMar 29 Juin - 7:11 par Seawulf

» La petite lumière d'Antonio Moresco
Sainte-Croix de Verdon EmptyVen 25 Juin - 10:43 par Seawulf

» Éternellement
Sainte-Croix de Verdon EmptyVen 25 Juin - 10:04 par Seawulf

» Déshabitué
Sainte-Croix de Verdon EmptyVen 25 Juin - 9:51 par Seawulf

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 41 le Mer 7 Avr - 10:42
NEWS

    Pas d'annonces disponibles.

    Sainte-Croix de Verdon

    Aller en bas

    Sainte-Croix de Verdon Empty Sainte-Croix de Verdon

    Message par Seawulf Dim 2 Mai - 7:26

    « Où quand le naturel habille les yeux »
     
    Fleurissant aux pointes des lavandes des missounaires restent suspendus, immobiles entre ciel et terre à l’entrelacs auroral. Chapelets de boutons nacrés, sorte de méduses enkystées, qui attendent de vibrer à l’Angélus.
     
    De longs et grands cierges noirs, cyprès enroulés de lumière naissante, lémuriens aux accents d’oliviers, s’étirent là, au cœur de vagues de pins, enrubannés d’or, filant le lac de Sainte-Croix.
     
    Miroir d’opaline posé entre monts et vaux laissant s’échapper le silence des hommes. Fragrances du Sud à l’aube de l’astre rouge, perle sanguine au clair de peau embrunie ! Les choses vues s’installent au balcon de mes jeunes souvenirs et rient au sommet de l’éperon rocheux, sous le campanile couleur brun-rouge !
     
    La lumière brûle la vie bourgeonnante. Je pousse le caillou du temps empoussiéré avec le pied du chemin, dans l’air de rien. Et je bois à la fontaine de mes rêves, le nectar à la robe saumon, que l’eau efface.
     
    Là-bas, des hommes se penchent vers la terre friable, prennent en leurs mains rêches et ridées, la glèbe asséchée, irisée et incandescente. Et les yeux rivés au ciel, ils implorent Dieu, de leur apporter quelques larmes d’au-delà, sans trop tarder !
     
    Dans le mas d’ombres aux jambes nues, des cigales aux poitrines bronzées, papotent des délices de l’amour. Leurs longs doigts tricotent des cheveux clairs puis larguent les amarres sur un pointu blanc. Un friselis léger, en arrière du bateau, offre un turban ocré imbibé de moires veloutées.
     

    Le silence ronronne. Le panorama extatique à l’infinitude inexistante, coule dans une torpeur contagieuse, à l’unisson de la nature. Un vol d’aigle laisse bruisser ses rémiges. Et je m’endors dans cet écrin, loin des bruits de la ville, hors des métropoles. Le soleil caresse mon visage, comme une femme amoureuse. Voussure céleste d’un bleu mistral. Absence d’interlope !
    Seawulf
    Seawulf

    Messages : 64
    Date d'inscription : 20/03/2021

    Voir le profil de l'utilisateur https://www.seawulf-proesie.com/

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum