À l'orée des mots


Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

À l'orée des mots
À l'orée des mots
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Entrevoir
Blanc soleil EmptyMer 3 Avr - 22:16 par Seawulf

» Derniers poèmes d’amour de Paul Eluard
Blanc soleil EmptySam 23 Déc - 15:53 par Seawulf

» Ruby moonlight de Ali Cobby Eckermann
Blanc soleil EmptyMar 19 Déc - 13:24 par Seawulf

» Les aleurodes s’émancipent…(éco-anxiété)
Blanc soleil EmptyJeu 19 Oct - 10:36 par Seawulf

» La voix de la vie de Edith Bruck
Blanc soleil EmptyJeu 19 Oct - 10:32 par Seawulf

» Dans le soir étrillé… (Breizh)
Blanc soleil EmptyMer 20 Sep - 17:01 par Seawulf

» Tombées de Christian Hubin
Blanc soleil EmptyJeu 27 Juil - 10:10 par Seawulf

» La brise s’égrise…
Blanc soleil EmptySam 22 Juil - 11:15 par Seawulf

» R o u t e s
Blanc soleil EmptyJeu 13 Juil - 11:51 par Seawulf

» Chercher la vie
Blanc soleil EmptyVen 7 Juil - 11:08 par Seawulf

» Au matin pourpre (Breizh)
Blanc soleil EmptyDim 28 Mai - 7:22 par Seawulf

» Ne varietur (Breizh)
Blanc soleil EmptyVen 26 Mai - 10:46 par Seawulf

» Sur l'écritoire...
Blanc soleil EmptyMar 23 Mai - 11:21 par Seawulf

» Citations de Christian Bobin
Blanc soleil EmptyMer 17 Mai - 12:51 par Seawulf

» À l’heure où...
Blanc soleil EmptyLun 15 Mai - 10:46 par Seawulf

Mots-clés les plus tagués

Blanc soleil

Aller en bas

07062022

Message 

Blanc soleil Empty Blanc soleil




« Tu suis les pas des lèvres déposées » Laure Cambau
 
Au clair matin embrumé
cotonnades maussades
quinte d’air enrhumé
je saisis les toquades.
 
Au bord du chemin blanchi
barrières invisibles
l’opacité rosie
je saisis le lisible.
 
Au chevet des fougères
pas à pas et pointillé
sautes passagères
je saisis la légèreté.
 
Au rond-point charmeur
brushing décoiffant
naturellement menteur
je saisis le vent.
 
En contre bas du canal
le temps s’effile
enfile des annales
je saisis la cédille.
 
Au croisement de l’incertain
s’égrènent les certitudes
cœur sans entrain
je saisis la multitude.
 
Au seuil de l’insondable
un blanc soleil se meurt
détourant l’improbable
je saisis qu’il est l’heure.
Seawulf
Seawulf

Messages : 129
Date d'inscription : 20/03/2021

https://www.seawulf-proesie.com/

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : reddit

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum