BALADE EN PROÉSIE
Bienvenue à vous qui passez par ici. Faites y une halte, prenez le temps et si "Balade en proésie" vous parle, installez vous et créez des mots passeurs de vie. Belle journée à vous.
Seawulf (Yves)

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

BALADE EN PROÉSIE
Bienvenue à vous qui passez par ici. Faites y une halte, prenez le temps et si "Balade en proésie" vous parle, installez vous et créez des mots passeurs de vie. Belle journée à vous.
Seawulf (Yves)
BALADE EN PROÉSIE
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Blanc soleil
Blanc soleil EmptyMar 7 Juin - 8:44 par Seawulf

» Chercher la lumière d'entre les nuages
Blanc soleil EmptyLun 6 Juin - 18:11 par Seawulf

» Hommes d’ailleurs
Blanc soleil EmptyDim 8 Mai - 18:33 par Seawulf

» Tu flânais à contre-jour...
Blanc soleil EmptyVen 15 Avr - 18:33 par Seawulf

» Cascade
Blanc soleil EmptyVen 15 Avr - 16:59 par Seawulf

» Mots
Blanc soleil EmptyMar 12 Avr - 19:09 par Seawulf

» L'unique réponse de Jean-Marc Sourdillon
Blanc soleil EmptyLun 4 Avr - 16:34 par Seawulf

» En attendant
Blanc soleil EmptySam 26 Fév - 8:27 par Seawulf

» Le sens de la visite de Michel Deguy
Blanc soleil EmptyLun 21 Fév - 8:37 par Seawulf

» Les âmes sont vides…
Blanc soleil EmptySam 19 Fév - 9:04 par Seawulf

» Les nourritures terrestres de André Gide
Blanc soleil EmptyLun 24 Jan - 11:01 par Seawulf

» Midnight blue
Blanc soleil EmptyMar 18 Jan - 8:18 par Seawulf

» Nuit-amant
Blanc soleil EmptyLun 17 Jan - 13:40 par Seawulf

» Fragments écorchés
Blanc soleil EmptyMer 5 Jan - 7:31 par Seawulf

» Prose pour l'étrangère et Carnets de grand chemin de Julien Cracq
Blanc soleil EmptyMar 4 Jan - 16:33 par Seawulf

Blanc soleil

Aller en bas

Blanc soleil Empty Blanc soleil

Message par Seawulf Mar 7 Juin - 8:44

« Tu suis les pas des lèvres déposées » Laure Cambau
 
Au clair matin embrumé
cotonnades maussades
quinte d’air enrhumé
je saisis les toquades.
 
Au bord du chemin blanchi
barrières invisibles
l’opacité rosie
je saisis le lisible.
 
Au chevet des fougères
pas à pas et pointillé
sautes passagères
je saisis la légèreté.
 
Au rond-point charmeur
brushing décoiffant
naturellement menteur
je saisis le vent.
 
En contre bas du canal
le temps s’effile
enfile des annales
je saisis la cédille.
 
Au croisement de l’incertain
s’égrènent les certitudes
cœur sans entrain
je saisis la multitude.
 
Au seuil de l’insondable
un blanc soleil se meurt
détourant l’improbable
je saisis qu’il est l’heure.
Seawulf
Seawulf

Messages : 98
Date d'inscription : 20/03/2021

Voir le profil de l'utilisateur https://www.seawulf-proesie.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum