À l'orée des mots


Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

À l'orée des mots
À l'orée des mots
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Comme un morceau de nuit, découpé dans son étoffe de Deborah Heissler
Midnight blue EmptyMar 14 Mai - 15:14 par Seawulf

» Carnet de vie de Flash.
Midnight blue EmptySam 4 Mai - 15:49 par Seawulf

» Entrevoir
Midnight blue EmptyMer 3 Avr - 22:16 par Seawulf

» Derniers poèmes d’amour de Paul Eluard
Midnight blue EmptySam 23 Déc - 15:53 par Seawulf

» Ruby moonlight de Ali Cobby Eckermann
Midnight blue EmptyMar 19 Déc - 13:24 par Seawulf

» Les aleurodes s’émancipent…(éco-anxiété)
Midnight blue EmptyJeu 19 Oct - 10:36 par Seawulf

» La voix de la vie de Edith Bruck
Midnight blue EmptyJeu 19 Oct - 10:32 par Seawulf

» Dans le soir étrillé… (Breizh)
Midnight blue EmptyMer 20 Sep - 17:01 par Seawulf

» Tombées de Christian Hubin
Midnight blue EmptyJeu 27 Juil - 10:10 par Seawulf

» La brise s’égrise…
Midnight blue EmptySam 22 Juil - 11:15 par Seawulf

» R o u t e s
Midnight blue EmptyJeu 13 Juil - 11:51 par Seawulf

» Chercher la vie
Midnight blue EmptyVen 7 Juil - 11:08 par Seawulf

» Au matin pourpre (Breizh)
Midnight blue EmptyDim 28 Mai - 7:22 par Seawulf

» Ne varietur (Breizh)
Midnight blue EmptyVen 26 Mai - 10:46 par Seawulf

» Sur l'écritoire...
Midnight blue EmptyMar 23 Mai - 11:21 par Seawulf

Mots-clés les plus tagués

Midnight blue

Aller en bas

18012022

Message 

Midnight blue Empty Midnight blue




« Of what is past, or passing, or to come »  
William Butler Yeats
 
Sur le bleu de vos nuits
aux courbes dorées
votre corps inanimé,
aux lèvres satinées,
s’enflamme de rouge sang.
 
Vos hanches blanchissent
de fugaces traits lunaires
et s’acoquinent de frissons
pour le moins invisibles ;
aspérités ombrées,
requiem incessant
promenant ses louanges
de point en point
au cœur de votre cœur
tout enveloppé
d’une vie ensommeillée.
 
Le front à terre
terrassée de douceur
enfantant la douleur,
j’écorne votre mort,
artificielle
et cependant
si réelle si actuelle
peut-être même
infiniment factuelle.
 
Je ne sais qui de nous deux
vit ou simplement se meurt.
Se peut-il qu’il y ait un peu des deux
ce quelque chose d’insaisissable
comme un et un font deux
comme un baiser
façonne les amoureux !
Se peut-il vraiment
qu’un rêve existât
plus que le temps d’un instant
bien au-delà du temps d’une absence
mais en deçà des pas du retour,
juste le temps d’inspirer
puis de songer à respirer
ce si long petit moment.
 
Peut-être même
voyez-vous, ce temps-là,
a-t-il été si bref, si court,
qu’il advint furtivement
bien avant le temps qui compte
juste avant celui de s’allonger
tout serti qu’il est, prêt à s’endormir,
un brin réajusté, avant tous les avants.
 
Et puis, et puis, oui,
en quelques secondes
que dis-je, une fraction de seconde
peut-être un centième de seconde
sans doute à peine une nanoseconde,
juste avant cet avant,
oui tout avant,
c’était là,
tout simplement !
Seawulf
Seawulf

Messages : 131
Date d'inscription : 20/03/2021

https://www.seawulf-proesie.com/

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : reddit

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum