BALADE EN PROÉSIE


Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

BALADE EN PROÉSIE
BALADE EN PROÉSIE
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» À la lumière du désamour
Flash-back cicatriciel EmptyVen 24 Sep - 15:51 par Seawulf

» Très haut amour et autres textes de Catherine Pozzi
Flash-back cicatriciel EmptyMar 14 Sep - 16:16 par Seawulf

» Flash-back cicatriciel
Flash-back cicatriciel EmptyMar 14 Sep - 14:54 par Seawulf

» Ce qui n’a pu être
Flash-back cicatriciel EmptyLun 13 Sep - 16:54 par Seawulf

» Attente
Flash-back cicatriciel EmptyLun 13 Sep - 9:43 par Seawulf

» New York 2001 « Ground zero »
Flash-back cicatriciel EmptySam 11 Sep - 14:56 par Seawulf

» L‘impossible espoir (Afghanistan War)
Flash-back cicatriciel EmptyMer 18 Aoû - 9:10 par Seawulf

» "Pax Americana", le rêve brisé des femmes ! (Afghanistan War)
Flash-back cicatriciel EmptyMer 18 Aoû - 7:48 par Seawulf

» La reproduction des profils de Rosemarie Waldrop
Flash-back cicatriciel EmptyDim 15 Aoû - 8:15 par Seawulf

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 41 le Mer 7 Avr - 10:42
NEWS

    Pas d'annonces disponibles.

    Flash-back cicatriciel

    Aller en bas

    Flash-back cicatriciel Empty Flash-back cicatriciel

    Message par Seawulf Mar 14 Sep - 14:54

    « La colline où nous errons est dans l’ombre
    Mais l’autre côté porte encore le jour » Catherine Pozzi     
                           
    Ellipse de temps, pas si sûr !
    Les fracas de guerre remontent,
    L’odeur des presque morts
    Médailles à titre posthume
    Les trépassés nous hantent
    À la Une de nos petits déjeuners
    Des fils de pères s’en vont
    Des fils de mères ne sont plus !
    Des prières s’élèvent
    Seules les infirmières restent
    Près des mourants
    Non loin des futurs mourants
    Et des ex-morts ;
    Elles sont là, toujours
    Et demandent que la guerre cesse.
    Seigneur ! Faites qu’ils reviennent.
     
    Une cité tombe, une cité pleure…
    Les putains se rhabillent…
    Les morts n’entendent plus
    Ils attendent qu’on les tire de là
    Et pour les moins chanceux 
    Qu’ils soient reconnus de Dieu.
    La ville n’est plus qu’une ombre,
    C’est une plaie béante … Rouge sang.
     
    Ondes FM
    Rythms and blues
    « Ici Chek-point Charlie, à vous… »
    Chevaux de frise, hérissons d’acier, barbelés
    Autant de no man’s land, de barrières,
    De solides stupidités d’idéologies périssables
    Aux murs des incompréhensions.
    La bêtise haineuse transpire.
     
    Des fumées émollientes couvrent la ville
    Aspirées par des poumons fatigués
    De dormeurs apatrides aux visages chaulés de lune.
    Vaccinez les morts, préservez les vivants !
     
    Dieu s’alanguit au mur des lamentations humaines
    Désespérément, il cherche le prochain du prochain
    Au cœur des vicissitudes ordinairement quotidiennes.
    Il aimerait croire ne serait-ce que pour les défunts
    Qu’enfin leurs âmes reposeront en paix
    Eux qui la cherchèrent si longtemps, et avec tant d’avidité.
    Alléluia, alléluia…
    Seawulf
    Seawulf

    Messages : 73
    Date d'inscription : 20/03/2021

    Voir le profil de l'utilisateur https://www.seawulf-proesie.com/

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut

    - Sujets similaires

     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum