BALADE EN PROÉSIE


Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

BALADE EN PROÉSIE
BALADE EN PROÉSIE
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Lettre à vous
Aller conquérir EmptyMar 20 Juil - 8:51 par Seawulf

» Aller conquérir
Aller conquérir EmptyMar 20 Juil - 8:40 par Seawulf

» Les mots
Aller conquérir EmptyLun 12 Juil - 12:54 par Seawulf

» Une colombe si cruelle de Frederico Garcia Lorca
Aller conquérir EmptyLun 12 Juil - 11:01 par Seawulf

» Ma douce liberté
Aller conquérir EmptyMer 30 Juin - 8:11 par Seawulf

» La Mariensäule (Germany - Cold War)
Aller conquérir EmptyMar 29 Juin - 7:11 par Seawulf

» La petite lumière d'Antonio Moresco
Aller conquérir EmptyVen 25 Juin - 10:43 par Seawulf

» Éternellement
Aller conquérir EmptyVen 25 Juin - 10:04 par Seawulf

» Déshabitué
Aller conquérir EmptyVen 25 Juin - 9:51 par Seawulf

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 41 le Mer 7 Avr - 10:42
NEWS

    Pas d'annonces disponibles.

    Aller conquérir

    Aller en bas

    Aller conquérir Empty Aller conquérir

    Message par Seawulf Mar 20 Juil - 8:40

    « Maintenant, tout à l’horizon du long voyage,
    La falaise des vérités monte à toute vue, (…) »
    Marcel Thiry
     
    Aller conquérir l’au-delà
    En saisir les étoiles
    D’une main tendue comme un arc
    Au firmament lilial
    Et là, se déchirer l’âme
    Comme l’on jette son cœur
    Dans la bataille des mots
    Pour une cuisse galbée
    Un manuscrit retrouvé
    Un plat mijoté !
    Oui, allez toucher du doigt l’au-delà
    Pour savoir comment c’est là-haut
    Pour palper l’impalpable
    Pour imaginer ce qui nous regarde
    Constamment, éperdument.
     
    Pour se rassurer un petit peu
    Si peu que ce soit, juste ce qu’il faut
    Histoire de mieux imaginer
    L’impensable,
    Celle qui nous alitera
    Un mois d’un jour d’une heure
    Souvent de nuit
    Avec ou sans Dieu,
    Suivant mon index quelque part ici
    Dans ces vastitudes froides
    Cyanosées de peur
    Au pied de l’inconnue
    La mort…
     
    Glas silencieux
    Qui précède les adieux,
    Un baiser posé
    Sur un front glacial !
     
    Au dernier carré
    Du dernier parcours,
    Une pierre gravée
    « Vivez la Vie ».
    Seawulf
    Seawulf

    Messages : 64
    Date d'inscription : 20/03/2021

    Voir le profil de l'utilisateur https://www.seawulf-proesie.com/

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum