BALADE EN PROÉSIE


Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

BALADE EN PROÉSIE
BALADE EN PROÉSIE
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» À la lumière du désamour
Enclore la quiétude EmptyVen 24 Sep - 15:51 par Seawulf

» Très haut amour et autres textes de Catherine Pozzi
Enclore la quiétude EmptyMar 14 Sep - 16:16 par Seawulf

» Flash-back cicatriciel
Enclore la quiétude EmptyMar 14 Sep - 14:54 par Seawulf

» Ce qui n’a pu être
Enclore la quiétude EmptyLun 13 Sep - 16:54 par Seawulf

» Attente
Enclore la quiétude EmptyLun 13 Sep - 9:43 par Seawulf

» New York 2001 « Ground zero »
Enclore la quiétude EmptySam 11 Sep - 14:56 par Seawulf

» L‘impossible espoir (Afghanistan War)
Enclore la quiétude EmptyMer 18 Aoû - 9:10 par Seawulf

» "Pax Americana", le rêve brisé des femmes ! (Afghanistan War)
Enclore la quiétude EmptyMer 18 Aoû - 7:48 par Seawulf

» La reproduction des profils de Rosemarie Waldrop
Enclore la quiétude EmptyDim 15 Aoû - 8:15 par Seawulf

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 41 le Mer 7 Avr - 10:42
NEWS

    Pas d'annonces disponibles.

    Enclore la quiétude

    Aller en bas

    Enclore la quiétude Empty Enclore la quiétude

    Message par Seawulf Jeu 27 Mai - 16:06

    « Le bruit du silence, mon innocence ! »
     
    Dans la salle des pas perdus
    à l’orée du silence d’un monde clos
    mes idées vagabondent et se perdent
    aux confins des sables d’or.
     
    Mes mains s’organisent en lignes claires,
    harpe imaginaire aux mots transparents
    arpège musical aux pas dansants,
    j’enroule des épaules nues
    à mes rêves insensés,
    goûte aux lèvres fuchsia
    d’un visage séduisant,
    douce minéralité gouleyante,
    cristal d’amour insaisissable.
     
    Et la mer débagoule
    de bruissements anodins
    à la brise des absences,
    éveille des craintes enfouies
    aux vertiges qui tanguent,
    océan aux creux morigènes,
    Dieu s’ennuage.
     
    Enclore la quiétude des étoiles
    au fond de mon jardin
    les yeux au milieu de nulle part,
    tendre les mains aux larmes
    évaporées de prières,
    dompter le cri de douleur,
    pour mieux entendre vibrer
    le souffle fragile de la vie.
    Seawulf
    Seawulf

    Messages : 73
    Date d'inscription : 20/03/2021

    Voir le profil de l'utilisateur https://www.seawulf-proesie.com/

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum