À l'orée des mots


Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

À l'orée des mots
À l'orée des mots
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Bleu nuit
Visiblement… EmptyMar 4 Juin - 18:37 par Seawulf

» Comme un morceau de nuit, découpé dans son étoffe de Deborah Heissler
Visiblement… EmptyMar 14 Mai - 15:14 par Seawulf

» Carnet de vie de Flash.
Visiblement… EmptySam 4 Mai - 15:49 par Seawulf

» Entrevoir
Visiblement… EmptyMer 3 Avr - 22:16 par Seawulf

» Derniers poèmes d’amour de Paul Eluard
Visiblement… EmptySam 23 Déc - 15:53 par Seawulf

» Ruby moonlight de Ali Cobby Eckermann
Visiblement… EmptyMar 19 Déc - 13:24 par Seawulf

» Les aleurodes s’émancipent…(éco-anxiété)
Visiblement… EmptyJeu 19 Oct - 10:36 par Seawulf

» La voix de la vie de Edith Bruck
Visiblement… EmptyJeu 19 Oct - 10:32 par Seawulf

» Dans le soir étrillé… (Breizh)
Visiblement… EmptyMer 20 Sep - 17:01 par Seawulf

» Tombées de Christian Hubin
Visiblement… EmptyJeu 27 Juil - 10:10 par Seawulf

» La brise s’égrise…
Visiblement… EmptySam 22 Juil - 11:15 par Seawulf

» R o u t e s
Visiblement… EmptyJeu 13 Juil - 11:51 par Seawulf

» Chercher la vie
Visiblement… EmptyVen 7 Juil - 11:08 par Seawulf

» Au matin pourpre (Breizh)
Visiblement… EmptyDim 28 Mai - 7:22 par Seawulf

» Ne varietur (Breizh)
Visiblement… EmptyVen 26 Mai - 10:46 par Seawulf

Mots-clés les plus tagués

Visiblement…

Aller en bas

12052021

Message 

Visiblement… Empty Visiblement…




« Ne vous conformez pas à ce monde,
mais transformez-vous par le renouvellement de votre esprit »
Romains 12,2.
 
Et si tu regardes là-bas du côté des îles d’Aran,
Les yeux embués d’embruns, le reflet charmant
C’est qu’il y a au-delà de cette infinie immensité,
Outre le vent mâtiné d’iode, un accent de liberté.
 
Elle a le cheveu clair et déambule chaque soir,
Non loin de la Baie de Galway, sur les trottoirs,
Où le nez en l’air, elle rêvasse d’amours fair-play.
Assise sur un banc, elle bouquine Shelley.
 
Tu la cherches dans l’obscurité, près des bastingages,
A l’abri d’une lumière métallique, mais sans aucun gage
De la trouver en cet endroit, apparemment abandonné
Aux silences bruissants et aux folies désordonnées !
 
Mary feuillette sa vie aux saisons filigranées des pages
Livresques, compagnons muets de ses voyages.
Détachée ici, face au relief tourmenté du Connemara
Elle choisit des mots ensauvagés qu’elle adoucira.
 
Et lui, il voudrait deviner une forme, une silhouette
Autre qu’une croix de pierre celtique, une esperluette
De vie au tracé incertain, aux courbes présentes,
Mais il ressent, comme une lente algie, l’absente.
 
Mary et Jonathan se cherchent depuis bien trop longtemps,
Nuit noire aux masques fragiles, le temps fout le camp,
Comme un frôlement, l’aventure d’une question restée suspendue
Devenue hypothèse d’une ascèse à jamais disparue.
 
La mer gronde de ses vas-et-viens, ronde des brisants,
Vastitude où les regards de l’invisible deviennent aimants.
Et le vent grossit et nous pousse les uns et les autres, instables,
Au détour d’un chemin innommé, à ouvrir nos bras de sable !
Seawulf
Seawulf

Messages : 132
Date d'inscription : 20/03/2021

https://www.seawulf-proesie.com/

Glad aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : reddit

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum