À l'orée des mots


Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

À l'orée des mots
À l'orée des mots
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Bleu nuit
L’épouse et la fille EmptyMar 4 Juin - 18:37 par Seawulf

» Comme un morceau de nuit, découpé dans son étoffe de Deborah Heissler
L’épouse et la fille EmptyMar 14 Mai - 15:14 par Seawulf

» Carnet de vie de Flash.
L’épouse et la fille EmptySam 4 Mai - 15:49 par Seawulf

» Entrevoir
L’épouse et la fille EmptyMer 3 Avr - 22:16 par Seawulf

» Derniers poèmes d’amour de Paul Eluard
L’épouse et la fille EmptySam 23 Déc - 15:53 par Seawulf

» Ruby moonlight de Ali Cobby Eckermann
L’épouse et la fille EmptyMar 19 Déc - 13:24 par Seawulf

» Les aleurodes s’émancipent…(éco-anxiété)
L’épouse et la fille EmptyJeu 19 Oct - 10:36 par Seawulf

» La voix de la vie de Edith Bruck
L’épouse et la fille EmptyJeu 19 Oct - 10:32 par Seawulf

» Dans le soir étrillé… (Breizh)
L’épouse et la fille EmptyMer 20 Sep - 17:01 par Seawulf

» Tombées de Christian Hubin
L’épouse et la fille EmptyJeu 27 Juil - 10:10 par Seawulf

» La brise s’égrise…
L’épouse et la fille EmptySam 22 Juil - 11:15 par Seawulf

» R o u t e s
L’épouse et la fille EmptyJeu 13 Juil - 11:51 par Seawulf

» Chercher la vie
L’épouse et la fille EmptyVen 7 Juil - 11:08 par Seawulf

» Au matin pourpre (Breizh)
L’épouse et la fille EmptyDim 28 Mai - 7:22 par Seawulf

» Ne varietur (Breizh)
L’épouse et la fille EmptyVen 26 Mai - 10:46 par Seawulf

Mots-clés les plus tagués

L’épouse et la fille

Aller en bas

11052021

Message 

L’épouse et la fille Empty L’épouse et la fille




« Quand donc finira cette nuit interne, l’univers, /Et moi, mon jour se lèvera-t-il, ô mon âme ? Fernando Pessoa
 
C’est drôle cette idée de l’absence impromptue, qui oublie l’heure, ne dit mot, cultive le silence, l’angoisse et le pire de ce qui pourrait advenir. En fait ce n’est pas drôle du tout et c’est peu de le dire ! Tout va vau-l’eau. La soupe est froide, les serviettes de tables s’assoupissent, seul le coucou de la pendule fait son job. Il devient même agaçant à la longue ; il creuse les heures, augmente l’attente, la nervosité, de plus en plus mal maitrisée, les pourquoi qui fusent à tire larigot, quand soudain, elles voient le manteau de l’homme pendu à la patère. Un immense soulagement. « Il n’est pas parti s’exclament-elles. Il est là, mais où ? »

Des larmes de bonheur, de joie et d’espérance... « Mon Dieu, il est là, ma fille, quelque part, pourvu que rien de grave ne soit arrivé. » Elles cherchèrent longtemps, une partie de la nuit, ici et ailleurs, autour de la maison plantée en pays de Caux, non loin de la côte d’Albâtre, jusqu'au petit jour, parfois les yeux rivés sur la douce lueur brumeuse de la ligne d'horizon océane. Elles poursuivirent leur quête les jours suivants, encore et encore, des années durant, en vain. Il avait disparu ! Avec le temps, les larmes devinrent de plus en rares. Fugitives également. Tout comme les mots, vidés de sens à force de vouloir comprendre... 
Seawulf
Seawulf

Messages : 132
Date d'inscription : 20/03/2021

https://www.seawulf-proesie.com/

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : reddit

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum