BALADE EN PROÉSIE


Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

BALADE EN PROÉSIE
BALADE EN PROÉSIE
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Egarements
Je crois en toi EmptyJeu 7 Oct - 14:35 par Seawulf

» Rondeur des mains
Je crois en toi EmptyJeu 7 Oct - 14:32 par Seawulf

» À la lumière du désamour
Je crois en toi EmptyVen 24 Sep - 15:51 par Seawulf

» Très haut amour et autres textes de Catherine Pozzi
Je crois en toi EmptyMar 14 Sep - 16:16 par Seawulf

» Flash-back cicatriciel
Je crois en toi EmptyMar 14 Sep - 14:54 par Seawulf

» Ce qui n’a pu être
Je crois en toi EmptyLun 13 Sep - 16:54 par Seawulf

» Attente
Je crois en toi EmptyLun 13 Sep - 9:43 par Seawulf

» New York 2001 « Ground zero »
Je crois en toi EmptySam 11 Sep - 14:56 par Seawulf

» L‘impossible espoir (Afghanistan War)
Je crois en toi EmptyMer 18 Aoû - 9:10 par Seawulf

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 3 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 3 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 41 le Mer 7 Avr - 10:42
NEWS

    Pas d'annonces disponibles.

    Je crois en toi

    Aller en bas

    Je crois en toi Empty Je crois en toi

    Message par Seawulf Mer 14 Avr - 14:21

    « Au fur et à mesure que nous connaitrons
    la vérité des étoiles, nous connaitrons
    le grand esprit compréhensif de l’homme » Tagore
     
    Un ciel à peine fleuri
    zébré de serpentins rosis
    précède de peu le disque d’or.
    Il coiffe les campagnes étoilées
    d’un filtre mordoré.
     
    Ne cherche pas l’infini
    il n’existe plus,
    le présent sombre
    les éléments le masque
    carnaval de pantins
    désarticulés par le vent
    noyés par les eaux
    oublieux des absents !
     
    L’horizon s’éreinte
    il devient instable, halo
    bouché par une brume d’étoupe,
    disséqué par un œil astigmate
    il cueille ici ou là, des lignes
    de fuite évanescentes
    des impressions passagères
    des bruits insaisissables.
     
    Je tangue, le guillemot s’en amuse !
    Tournis, je ris, je pleure, je gamberge
    enfant je redeviens et rêve
    à tous les possibles enfouis, disloqués,
    à jamais perdus dans un trou noir.
     
    Mon horizon, ligne imparfaite
    ondule aux foucades marines,
    désirances et catharsis en gésine
    qui fouaillent et désincitent l’Ouvroir.
     
    Tu me dis qu’il est tard
    comme l’on dit aime moi
    sans fard, nue, une étincelle d’émoi
    s’allonge le long de nos corps.
     
    Les manchettes des canards meurent
    au sol, désinfectées de tout, sans passants
    elles reflètent l’inexistant des mots
    encres pleureuses diluées de vie.
     
    Je crois en toi autant
    que tu crois en moi. Epicènes
    aux goûts salés-sucrés. Le temps
    s’enguenille dans la soie corail,
    mains soyeuses et baisers câlins
    à l’horizontale de tes yeux océane
    je flirte avec les profondeurs
    bleuités des nuits d’amour.
    Seawulf
    Seawulf

    Messages : 75
    Date d'inscription : 20/03/2021

    Voir le profil de l'utilisateur https://www.seawulf-proesie.com/

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum