BALADE EN PROÉSIE


Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

BALADE EN PROÉSIE
BALADE EN PROÉSIE
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Egarements
Et, néanmoins de Philippe Jaccottet EmptyJeu 7 Oct - 14:35 par Seawulf

» Rondeur des mains
Et, néanmoins de Philippe Jaccottet EmptyJeu 7 Oct - 14:32 par Seawulf

» À la lumière du désamour
Et, néanmoins de Philippe Jaccottet EmptyVen 24 Sep - 15:51 par Seawulf

» Très haut amour et autres textes de Catherine Pozzi
Et, néanmoins de Philippe Jaccottet EmptyMar 14 Sep - 16:16 par Seawulf

» Flash-back cicatriciel
Et, néanmoins de Philippe Jaccottet EmptyMar 14 Sep - 14:54 par Seawulf

» Ce qui n’a pu être
Et, néanmoins de Philippe Jaccottet EmptyLun 13 Sep - 16:54 par Seawulf

» Attente
Et, néanmoins de Philippe Jaccottet EmptyLun 13 Sep - 9:43 par Seawulf

» New York 2001 « Ground zero »
Et, néanmoins de Philippe Jaccottet EmptySam 11 Sep - 14:56 par Seawulf

» L‘impossible espoir (Afghanistan War)
Et, néanmoins de Philippe Jaccottet EmptyMer 18 Aoû - 9:10 par Seawulf

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 41 le Mer 7 Avr - 10:42
NEWS

    Pas d'annonces disponibles.

    Et, néanmoins de Philippe Jaccottet

    Aller en bas

    Et, néanmoins de Philippe Jaccottet Empty Et, néanmoins de Philippe Jaccottet

    Message par Seawulf Ven 2 Avr - 7:14

    Extrait (p.81) "Aux liserons des champs" 
     
    Chose donnée au passant qui pensait à tout autre chose ou ne pensait à rien, on dirait que ces fleurs, si insignifiantes soient-elles, le "déplacent" en quelque sorte, invisiblement ; le font, imperceptiblement, changer d'espace. Non pas, toutefois, entrer dans irréel, non pas rêver ; mais plutôt, si l'on veut, passer un seuil là où l'on ne voit ni porte, ni passage.
     
    Extrait (p.68) "Couleurs, là-bas" 
     
    C'est la lumière qui trace ainsi, rapidement, vos rêves sur la vitre. Qui vous les révèle ou, au moins, vous les remémore. Qui extrait de vous le meilleur de vous, c'est-à-dire : le peu qui vous soit resté d'elle.
    Lumière maternelle, à laquelle il n'est pas si facile d'obéir.
    Seawulf
    Seawulf

    Messages : 75
    Date d'inscription : 20/03/2021

    Voir le profil de l'utilisateur https://www.seawulf-proesie.com/

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum