BALADE EN PROÉSIE
Bienvenue à vous qui passez par ici. Faites y une halte, prenez le temps et si "Balade en proésie" vous parle, installez vous et créez des mots passeurs de vie. Belle journée à vous.
Seawulf (Yves)

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

BALADE EN PROÉSIE
Bienvenue à vous qui passez par ici. Faites y une halte, prenez le temps et si "Balade en proésie" vous parle, installez vous et créez des mots passeurs de vie. Belle journée à vous.
Seawulf (Yves)
BALADE EN PROÉSIE
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Paladiner
L’un est deux EmptyMar 30 Aoû - 18:10 par Seawulf

» Anthologie (1992-2005) de Mahmoud Darwich
L’un est deux EmptyMar 30 Aoû - 15:06 par Seawulf

» Blanc soleil
L’un est deux EmptyMar 7 Juin - 8:44 par Seawulf

» Chercher la lumière d'entre les nuages
L’un est deux EmptyLun 6 Juin - 18:11 par Seawulf

» Hommes d’ailleurs
L’un est deux EmptyDim 8 Mai - 18:33 par Seawulf

» Tu flânais à contre-jour...
L’un est deux EmptyVen 15 Avr - 18:33 par Seawulf

» Cascade
L’un est deux EmptyVen 15 Avr - 16:59 par Seawulf

» Mots
L’un est deux EmptyMar 12 Avr - 19:09 par Seawulf

» L'unique réponse de Jean-Marc Sourdillon
L’un est deux EmptyLun 4 Avr - 16:34 par Seawulf

» En attendant
L’un est deux EmptySam 26 Fév - 8:27 par Seawulf

» Le sens de la visite de Michel Deguy
L’un est deux EmptyLun 21 Fév - 8:37 par Seawulf

» Les âmes sont vides…
L’un est deux EmptySam 19 Fév - 9:04 par Seawulf

» Les nourritures terrestres de André Gide
L’un est deux EmptyLun 24 Jan - 11:01 par Seawulf

» Midnight blue
L’un est deux EmptyMar 18 Jan - 8:18 par Seawulf

» Nuit-amant
L’un est deux EmptyLun 17 Jan - 13:40 par Seawulf

L’un est deux

Aller en bas

L’un est deux Empty L’un est deux

Message par Seawulf Ven 26 Mar - 15:54

« Je veux m’évanouir comme un météore.
Pourquoi alors cet atermoiement ?
Je ne la laisse pas seule. Pas encore »
Hugo Claus
 
Sur la paume de vos mains, je vois la lumière du ciel refléter votre visage aux larmes sèches. Je vois des cris, des tempêtes inapaisées, je vois des yeux clairs qui boivent le bouillon, je vois aussi, des doigts fins désaccordés. Se peut-il qu’il y ait des nuits sans jour et ce faisant que la joie serve ses contraires, car sans cœur, bien sûr, il n’y a de destin enviable ! Comment pourrait-il en être autrement, lui, que j’imagine homérique, sorte d’aède immature, s’entiche de mots hauts et sonores comme des cors pour faire frémir, dit-il, les chairs tièdes de jeunes femmes pas encore « déniaisées » ! Insuffisamment sans doute, au clair de notre temps… Mais qui s’exclamerait aujourd’hui Pucelle comme Jeanne ?
 
Trahison de cœur, coup de poignard, confiance bafouée, délitée, vilipendée, jetée aux orties avec l’eau du bain. Votre cœur saigne ! Vous rêvez de cors à corps formant aubades aux lueurs matinales au gré des saisons. Vous rêvez encore au temps qui passe tandis que vos corps s’effaceraient au pavillon de chasse. Sonne et résonne le sexe, mais dois-je bien l’avouer, il faut être deux pour aimer de la sorte ! Friandise lovée comme une exquise douceur, un caramel fondant ! Ne pourrait-il comprendre, les temps d’aujourd’hui, et avec eux, les corps qui se rapprochent, plus tôt, beaucoup plus tôt… Et votre corps délaissé, au cœur saigne abondamment, hémorragie invisible, au trou béant.
 
Et qui d’entre nous peut résister à quelque gourmandise bien mise. Peaux parcheminées d’une écriture sensuelle que des doigts musicaux démêlent en arabesques sanguines. Et d’ajouter au bonheur, des dents suaves, mordilleuses et follement envoûteuses. Les oppositions sont des alliances, sans jour pas de nuit et pas de nuit sans le jour. Noir et blanc sont voués à exulter plus qu’ils ne s’opposent. L’un disparaît, l’autre ne vit plus. L’un vit, l’autre naît, voire renaît. Et vous et moi, en somme, formons le ferment de nos oppositions, la synthèse de nos complétudes et cela n’est pas seulement onirique, mais se décline comme une tragédie hellène au rythme de la comédie de boulevard !
 
Il vous prend par la main pour y lire
Des ouvrages incertains à l’odeur de désirs,
Moisissures nobles oubliées, fins élixirs
Au nectar de vos lèvres rouge cachemire !
Seawulf
Seawulf

Messages : 100
Date d'inscription : 20/03/2021

Voir le profil de l'utilisateur https://www.seawulf-proesie.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum