BALADE EN PROÉSIE


Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

BALADE EN PROÉSIE
BALADE EN PROÉSIE
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Lettre à vous
Lore, mon grain de folie (Germany-Cold War) EmptyMar 20 Juil - 8:51 par Seawulf

» Aller conquérir
Lore, mon grain de folie (Germany-Cold War) EmptyMar 20 Juil - 8:40 par Seawulf

» Les mots
Lore, mon grain de folie (Germany-Cold War) EmptyLun 12 Juil - 12:54 par Seawulf

» Une colombe si cruelle de Frederico Garcia Lorca
Lore, mon grain de folie (Germany-Cold War) EmptyLun 12 Juil - 11:01 par Seawulf

» Ma douce liberté
Lore, mon grain de folie (Germany-Cold War) EmptyMer 30 Juin - 8:11 par Seawulf

» La Mariensäule (Germany - Cold War)
Lore, mon grain de folie (Germany-Cold War) EmptyMar 29 Juin - 7:11 par Seawulf

» La petite lumière d'Antonio Moresco
Lore, mon grain de folie (Germany-Cold War) EmptyVen 25 Juin - 10:43 par Seawulf

» Éternellement
Lore, mon grain de folie (Germany-Cold War) EmptyVen 25 Juin - 10:04 par Seawulf

» Déshabitué
Lore, mon grain de folie (Germany-Cold War) EmptyVen 25 Juin - 9:51 par Seawulf

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 41 le Mer 7 Avr - 10:42
NEWS

    Pas d'annonces disponibles.

    Lore, mon grain de folie (Germany-Cold War)

    Aller en bas

    Lore, mon grain de folie (Germany-Cold War) Empty Lore, mon grain de folie (Germany-Cold War)

    Message par Seawulf Lun 17 Mai - 15:12

    « J’aime les heures sombres de mon être,
    où s’approfondissent mes sens » R.-M. Rilke*
     
    Je viens me perdre dans tes vastitudes
    Créatives et inattendues, toi
    Drapée d’une blouse blanche entrouverte
    Laissant transpirer ton corps nu
    Éraflé de couleurs aux pinceaux
    Aveugles sous le néon éclatant de blanc.
     
    Chevelure noire coupée à la garconne
    Yeux émeraude teintés d’or
    Tu te courbes vers la toile de lin
    Au sol, clarté impudique
    Allongée tu t’enroules sauvagement,
    Et tout pigmenté de couleurs primaires
    Ton corps d’albâtre
     Dessine des abstractions
    Instinctives et distordues,
    Au rouge carminé de tes lèvres
    Au bleu outre-mer de tes seins
    A l’effloraison terre de sienne
    De l’abricot presque glabre.
     
    Minuit, atelier à Traben-Trarbach
    Cité Art Nouveau baignée par la Moselle
    La nuit quelquefois tu y plonges
    Miroir lunaire aux ombres vinicoles
    Tes formes se saoulent d’air mouillé
    Tu veux faire l’amour
    Me dis des mots essentiels
    Avant que de se perdre
    Dans les ombres des toits
    Observer le monde grouillant
    Les lumières instables
    Les gyrophares de la Polizei
    Et chichonner avec tes amis.
     
    Tu chantes Joan Baez
    Here’s To You
    Hymne de jeunesse
    Contre l’injustice et pour la vie
    En pleine guerre froide
    Et tes yeux s’étoilent au firmament
    Quand t’écoutes Samba Pa Ti de Santana
    Avant de t’assoupir sur mon épaule.
     
    Odeur âcre et sucrée
    Filet d’air frais
    Quatre heures, on rejoint
    La longue toile granuleuse groggy au sol,
    Tu mets du rouge vermillon
    Sur tes pieds, imite un rat d’opéra,
    Toupille furieusement dessus
    Et tombes de fatigue. Tu ne crois pas en Dieu,
    Tu veux faire cesser la guerre du Vietnam
    Tu mets un 33 tours, hymne américain
    Décibels déchirants de Jimmy Hendrix
    Sur guitare sèche agonisante,
    Tu m’offres ton tee-shirt rose
    Faites l’amour pas la guerre
    On ne se promet rien
    On inonde le monde d’idées
    Saugrenues et colorées
    Comme nos fringues hippie-chic !
    On court dans le combi Volkswagen,
    Tu glisses une cassette dans l’autoradio
     « Voulez-vous coucher avec moi »
    En dodelinant de la tête
    Ton regard s’évanouit et sourit
    « Et leurs yeux se fermaient comme des roses,
    et les nuits de l’amour emplissaient leurs cheveux* »
    Ai-je murmuré à ton oreille.
    Nous ne faisons plus qu’un jusqu’au petit matin
     Et tout enrobés d’or crépusculaire
    Tu me dis, passe quand tu veux
    Avec ton accent inimitable et si plaisant.
    Tschüss !
    Seawulf
    Seawulf

    Messages : 64
    Date d'inscription : 20/03/2021

    Voir le profil de l'utilisateur https://www.seawulf-proesie.com/

    Glad aime ce message

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut

    - Sujets similaires

     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum