BALADE EN PROÉSIE


Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

BALADE EN PROÉSIE
BALADE EN PROÉSIE
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Lettre à vous
Brassée d’efflorescence EmptyMar 20 Juil - 8:51 par Seawulf

» Aller conquérir
Brassée d’efflorescence EmptyMar 20 Juil - 8:40 par Seawulf

» Les mots
Brassée d’efflorescence EmptyLun 12 Juil - 12:54 par Seawulf

» Une colombe si cruelle de Frederico Garcia Lorca
Brassée d’efflorescence EmptyLun 12 Juil - 11:01 par Seawulf

» Ma douce liberté
Brassée d’efflorescence EmptyMer 30 Juin - 8:11 par Seawulf

» La Mariensäule (Germany - Cold War)
Brassée d’efflorescence EmptyMar 29 Juin - 7:11 par Seawulf

» La petite lumière d'Antonio Moresco
Brassée d’efflorescence EmptyVen 25 Juin - 10:43 par Seawulf

» Éternellement
Brassée d’efflorescence EmptyVen 25 Juin - 10:04 par Seawulf

» Déshabitué
Brassée d’efflorescence EmptyVen 25 Juin - 9:51 par Seawulf

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 41 le Mer 7 Avr - 10:42
NEWS

    Pas d'annonces disponibles.

    Brassée d’efflorescence

    Aller en bas

    Brassée d’efflorescence Empty Brassée d’efflorescence

    Message par Seawulf Mer 12 Mai - 10:30

    « Quand la merveille recommence / A l’aube d’un jour nouveau-né » Georges Perrec
     
    De longues mains noueuses entre elles, enchevêtrées, clapotent le long de bras ininterrompus frémissant à la brise océane. Elles s’agitent au gré des heures au côté des corps endormis et cyanosés tout parsemés d’émeraudes où seuls les doigts respirent, où seules les phalanges bruissent !
     
    Vagues anamorphoses où repose l’étrave déchirant la dentelle de nappe bleue. Passages d’œillades, éclats furtifs et crépitements d’étoiles ensoleillées, du sillage émerge des légendes oubliées…
     
    Spectateurs inlassables, les échassiers, les courlis et les sternes, s’égayent et s’égosillent. Déchirures stridentes apprivoisées par la vastitude, l’horizon reste à portée de main et cependant il demeure lointain ! Et l’homme si petit ici en son royaume sans cesse renouvelé, pensif et circonspect en son temple, saisi de tournis, voit poindre l’inattendue rumeur du vacarme des éléments, comme une forme de déraison ?
     
    Et ses frères et tant d’autres, hommes allongés couchés en mer, n’engendrent-ils pas la beauté de l’âme et celle du sacrifice ? Ne sécrètent-ils pas le sel de la vie, celui-là même qui retient l’eau du corps lorsque nos cœurs affrontent le désert ? Sel offrant à tes lèvres ce goût inimitable que je reviens déguster, empaqueté de tendresse, et que trop souvent nous taisons, allant les quérir ailleurs, dans d’autres bras, Dieu sait pourquoi, aux heures déshabillées de déconvenues.
     
    Alors, veux-tu bien prendre ce livre,
    Me lire l’amour et fermer les yeux !
    Et le silence vois-tu s’endormira,
    Oublieux de nos prénoms…
    Mais le silence n’est pas la mort…

    Viens ! N’aies pas peur !
    Seawulf
    Seawulf

    Messages : 64
    Date d'inscription : 20/03/2021

    Voir le profil de l'utilisateur https://www.seawulf-proesie.com/

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum